Second tour : la droite et la gauche devanceraient le FN

  • A
  • A
Second tour : la droite et la gauche devanceraient le FN
@ PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Partagez sur :

PROJECTIONS - Quelle que soit la configuration, les électeurs plébiscitent les binômes de candidats de droite et de gauche face au Front national, selon un sondage national Ifop-Fiducial.

Au programme du second tour des élections départementales, dimanche 29 mars : 1.536 duels, 314 triangulaires et une quadrangulaire. Le Front national, qui est parvenu à se maintenir dans plus de la moitié des 2.054 cantons, sera présent dans 772 duels, 297 triangulaires et prendra part à l'unique quadrangulaire. Comment les électeurs se comporteront-ils dans les différentes configurations ? Selon un sondage Ifop-Fiducial réalisé par internet le jour du premier tour, les candidats de gauche et surtout ceux de droite devanceraient nettement le FN, quelle que soit la situation.

Cette enquête a testé plusieurs hypothèses :

• En cas de triangulaire droite/gauche/FN dans leur canton, les électeurs interrogés voteraient à 39% pour la droite, à 33% pour la gauche et à 28% pour le FN.

• En cas de duel droite/FN, 60% donneraient la préférence à la droite et 40% au FN. Cela tient notamment au fait que 85% des électeurs PS voteraient pour la droite, et 15% seulement pour le FN.

• En cas de duel gauche/FN, la gauche serait préférée par 56% des électeurs interrogés et le FN dans 44% des cas. En effet, les électeurs UMP et UDI se partageraient entre le vote pour la gauche (à 52%) et le vote FN (48%).

• En cas de duel gauche/droite, 52% des électeurs sondés préféreraient la droite et 48% la gauche. 90% des électeurs FN voteraient à droite, 10% seulement à gauche.

Ce sondage a été effectué le 22 mars auprès d'un échantillon de 2.797 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d'un échantillon de 2 935 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (hors ville de Paris et métropole de Lyon, où l'on ne vote pas). Méthode des quotas.

>> LIRE AUSSI - Départementales : l’UMP et les démons du "ni-ni"

>> LIRE AUSSI - Départementales : le Vaucluse et le Var, bastions du FN

>> LIRE AUSSI - Départementales : le FN confirme son implantation locale