Sarkozy sur le climat : un "discours régressif et rétrograde" pour Pompili

  • A
  • A
Sarkozy sur le climat : un "discours régressif et rétrograde" pour Pompili
Pour Barbara Pompili, le programme de Nicolas Sarkozy est "complètement hallucinant" sur la question de l'environnement.@ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

La secrétaire d'État chargée de la Biodiversité a accusé jeudi la droite de "mettre en danger notre pays" sur la question environnementale.

La secrétaire d'État chargée de la Biodiversité, Barbara Pompili, a jugé jeudi "régressif et rétrograde" le discours de Nicolas Sarkozy sur le climat.

"Des raisons certainement politiciennes". "Comment Nicolas Sarkozy peut-il mieux savoir que toute la communauté scientifique, qui est aujourd'hui d'accord sur le fait que l'homme a une influence sur le réchauffement climatique ? Pour des raison très certainement politiciennes, on voit que le discours est un discours régressif, rétrograde, et qui va nous faire perdre des dizaines d'années d'avancée", a-t-elle dénoncé sur iTELE.

Un programme "complètement hallucinant". "Depuis des semaines, Nicolas Sarkozy est en train de démonter tout le travail qui a été fait pour la protection de l'environnement dans notre pays. Il a un programme complètement hallucinant", a accusé Barbara Pompili. "Aujourd'hui la droite, par la voix de Nicolas Sarkozy, est en train de mettre en danger notre pays de ce point de vue-là", a-t-elle conclu.

Pour Sarkozy, la COP21, "c'est très intéressant" mais… Le candidat à la primaire de la droite pour 2017, a affirmé que "l'homme n'était pas le seul responsable" du changement climatique et souhaité que "la France porte une conférence sur la démographie", mercredi devant l'Institut de l'Entreprise. "On a fait une conférence sur le climat. On parle beaucoup de dérèglement climatique, c'est très intéressant mais ça fait 4,5 milliards d'années que le climat change. L'homme n'est pas le seul responsable de ce changement", a affirmé l'ex-chef de l'État, selon des propos rapportés par son directeur de campagne, Gérald Darmanin.