Sarkozy soigne les agriculteurs

  • A
  • A
Sarkozy soigne les agriculteurs
@ MAXPPP
Partagez sur :

Il poursuit sa tournée des campagnes entamée cette année, avec une visite de bergerie.

Partie de campagne pour Nicolas Sarkozy. Le chef de l'Etat renoue avec le monde agricole, lui qui n’avait pas pour habitude de se consacrer aux agriculteurs. Depuis le début de l’année, il a accordé cinq visites aux paysans français. Que ce soit auprès des céréaliers d’Ile-de-France ou des producteurs de fruits et légumes du Sud-Ouest, le président répète qu’il ne "laissera pas tomber" les agriculteurs, dont le revenu moyen a dégringolé d’un tiers en 2009.

Les loups : un problème majeur

Dernier exemple en date vendredi, auprès des producteurs laitiers des Alpes-de-Haute-Provence. Nicolas Sarkozy a déroulé son discours qu'il répète à chacune de ses parties de campagne. "Je ne veux pas que vous mourriez, la France a besoin d'une agriculture puissante", a-t-il lancé avant d’ajouter : "Je ne viens pas ici faire je ne sais quelle démarche nostalgique, je viens ici pour préparer l'avenir".

En ces temps de rigueur budgétaire, il promet ainsi que la plupart des aides seront reconduites dans le projet de loi de finances 2011. Le chef de l’Etat a également fait des menaces envers les loups pour protéger les troupeaux alpins.

Nicolas Sarkozy a ainsi expliqué avoir "demandé au préfet (des Alpes-de-Haute-Provence) de prendre sous huit jours (...) un arrêté préfectoral permettant d'engager un tir de prélèvement du loup pour les zones du département où l'attaque du loup relève d'une intensité exceptionnelle". Et en complément, il a assuré qu'"avec des financements de l'Etat", "des périodes de formation accélérée au permis de chasser (seront mises en place) à destination des bergers et des éleveurs". "Avec ces deux mesures, vous allez pouvoir accélérer la protection de vos troupeaux", a-t-il conclu.

Les cadeaux pleuvent

L’agriculture est devenue en 2010 l’une des priorités de Nicolas Sarkozy en vue de 2012, avec l’emploi, la sécurité et la santé. Pour conquérir l’électorat du monde en crise, il a versé aux agriculteurs une première enveloppe de 1,6 milliard d’euros d’aide fin 2009, avant de signé un chèque de 800 millions d’euros en 2010. Nicolas Sarkozy a également imposé aux distributeurs de modérer leurs marges pour les fruits et légumes et aux industriels de limiter les hausses du prix du lait.

Une attitude Chiraquienne ?

Un soutien certes, mais qui ne convainc pas. Pour beaucoup, la méfiance est de mise. "Les producteurs ont compris qu’il ne fallait pas trop se fier à ce genre de discours", assure le prédisent de la Coordination rurale, François Lucas. Malgré ses efforts, Nicolas Sarkozy ne renvoie pas une image de confiance.

Pour beaucoup, ses attitudes sont trop éloignées de celles de son prédécesseur, Jacques Chirac, tant apprécié dans le milieu. Il s’est lui-même défendu de ces critiques plaidant la sincérité de son engagement auprès des agriculteurs et dénonçant en mai dernier le côté "folklorique" de l’ancien président de la République.

Les organisations syndicales restent sceptiques et l'accusent d'arrière-pensées électorales. Pour sa défense, le chef de l’Etat dresse la liste des mesures de soutien engagées par le gouvernement depuis un an.