Sarkozy reprend les conclusions du Grenelle de la mer

  • A
  • A
Sarkozy reprend les conclusions du Grenelle de la mer
Partagez sur :

Le président a défini jeudi au Havre les grandes ambitions de la politique maritime de la France.

Nicolas Sarkozy a repris à son compte, jeudi au Havre, les principales conclusions duGrenelle de la mer en matière de protection des ressources maritimes."Je suis venu vous dire que la France doit cesser d'ignorer le formidable destin maritime qui doit être le sien (...) nous devons reconstruire une politique et une ambition maritimes pour la France", a-t-il déclaré à l'hôtel de ville du Havre, après une courte visite de la capitainerie du grand port normand, au bord de la Manche.

Dans le cadre de cet effort, il a défendu la réforme du statut des ports autonomes engagée par le gouvernement en 2008, jugeant "insensé" que la France "perde constamment des parts de marché dans le trafic maritime" ou "importe les deux tiers de ses conteneurs par des ports étrangers".

En complément de cette réforme, il a insisté sur la nécessité de "réorganiser" le fret ferroviaire à destination des ports. "La SNCF est une très grande entreprise (...) mais il y a des choses qu'il faut changer", a-t-il dit, estimant que Réseau ferré de France (RFF) devait "enfin prendre des engagements de qualité crédibles". Sur un plan plus local, Nicolas Sarkozy a confirmé sa volonté de faire du Havre le port du "Grand Paris" et de relier les deux villes en une heure et quart par une liaison TGV, mais sans fixer de calendrier. "Nous devons faire du Grand Paris une véritable métropole maritime", a-t-il affirmé.

Le président a ensuite fait siennes les principales recommandations adoptées par le Grenelle de la mer. S'il a réaffirmé qu'il "n'accepterait pas que la pêche disparaisse dans notre pays", il a longuement insisté sur la nécessité de mieux "protéger les ressources naturelles de la mer pour mieux les exploiter de manière durable". Nicolas Sarkozy a ainsi promis que la France respecterait les "avis scientifiques" et soutiendrait "l'inscription du thon rouge à l'annexe de la convention internationale sur les espèces sauvages, pour en interdire le commerce".

Il a par ailleurs assuré que les aires maritimes protégées représenteraient 10% de l'espace maritime français "d'ici à 2012" et 20% en 2020 et que la capacité de production des énergies marines devait atteindre à la même date "plus de 6.000 mégawatts", deux autres recommandations du Grenelle.