Sarkozy-Napoléon vs Hollande-Kennedy

  • A
  • A
Sarkozy-Napoléon vs Hollande-Kennedy
Le match "Sarkozy/Hollande" vu de l'étranger.@ REUTERS
Partagez sur :

REVUE DE PRESSE - Comment le match Sarkozy/Hollande est-il vu à l'étranger ?

Alors que les deux favoris des sondages pour le premier tour de la présidentielle ont tenu leur dernier grand meeting de campagne parisien dimanche, les médias étrangers semblent penser que l'élection est déjà jouée. Et certains titres ont déjà leur favori.

"Napoléon et Kennedy"

Vu depuis l'autre côté de la Manche, Sarkozy contre Hollande, c'est un match entre Napoléon et Kennedy. C'est en tout cas la comparaison qu'ose la BBC. La chaîne britannique a en effet retenu du président-candidat Nicolas Sarkozy un discours conservateur faisant appel au "patriotisme" de ses partisans, et invoquant de célèbres personnages de l'Histoire de France, tels que Napoléon ou Charles de Gaulle. Pour le candidat socialiste, au contraire, l'accent est mis sur le "changement" qu'il propose, "son nouveau modèle social" ainsi que "son nouveau modèle de croissance". La BBC ne manque pas au passage de souligner la référence du candidat du PS à John F. Kennedy avec son projet de "nouvelle frontière" pour la France. François "Kennedy" est également perçu comme "moins agressif" que le candidat Sarkozy au style et à la rhétorique "populiste".

C'est aussi le côté plus "terre-à-terre" de François Hollande que les Anglo-saxons semblent retenir. Certains médias insistent ainsi sur les premières impressions données par les deux candidats, à l'instar de la chaîne indienne NDTV qui évoque un match entre "Monsieur Normal", qui roule en scooter, contre "Monsieur Bling-Bling".

"Le président le plus impopulaire de l'histoire"

Et au jeu de l'impopularité, le président-candidat est gagnant, rappelle le quotidien britannique The Telegraph. "Nicolas Sarkozy a été jugé le président le plus impopulaire de l'histoire", titre le journal sur son site Internet. Alors que les médias anglo-saxons n'ont pas manqué de souligner que le président-candidat avait rassemblé ses fidèles sur la place où le dernier Roi de France "avait eu la tête coupée", le Telegraph souligne que les sondages laissent présager une "guillotine électorale" pour Nicolas Sarkozy.

"Nicolas Sarkozy semble plus détesté que François Hollande n'est aimé".

"Nicolas Sarkozy semble plus détesté que François Hollande n'est aimé", renchérit le journal britannique The Guardian, traditionnellement marqué à gauche. Pour affirmer cela, le journal s'est basé sur un sondage effectué auprès de la population du village de Donzy, en Bourgogne, dont le vote a toujours parfaitement reflété le résultat exact des scrutins présidentiels depuis 1981.

Et pas besoin d'attendre le 6 mai pour connaître les résultats. Les jeux sont faits pour l'espagnol El Mundo. Le quotidien n'a pas hésité à présenter Nicolas Sarkozy comme "le perdant hypothétique" face à François Hollande, qui "s'est présenté comme le candidat de la justice, de l'égalité". "Hollande, le anti-héros se rapproche de la victoire", a pour sa part titré le quotidien El Pais, sur son site Internet, en marge des deux meetings dominicaux. Pour le quotidien ibérique, le candidat socialiste, autrefois considéré comme un "type sans charisme", "semble sur le point de gagner".