Sarkozy mis en examen : "Est-ce qu'il fallait en faire autant ?"

  • A
  • A
Sarkozy mis en examen : "Est-ce qu'il fallait en faire autant ?"
@ Reuters/Eric Gaillard
Partagez sur :

RÉACTION - Le maire UMP de Nice et ancien ministre de Nicolas Sarkozy met en cause l'une des deux juges.

C'est une mesure spectaculaire au moment où son retour politique est dans tous les esprits. Nicolas Sarkozy a en effet été mis en examen dans la nuit de mardi à mercredi pour corruption active, trafic d'influence actif et recel de violation du secret professionnel dans "l'affaire des écoutes". Proche de Nicolas Sarkozy, Christian Estrosi, le maire de Nice a réagi mercredi matin sur Europe 1. "Est-ce qu'il fallait en faire autant ? Est-ce qu'il n'y a pas une volonté de nuire, d"humilier ?", s'interroge-t-il.

L'élu UMP met directement en cause l'une des deux juges en charge du dossier. "Quand on regarde un peu le passé d'un des juges, il se trouve qu'il a été à l'origine de tribunes incendiaires, engagées, il a été capable de coller des photos sur les murs d'un bâtiment public, de jouer au fléchettes sur nos visages". Sans la nommer, Christian Estrosi fait référence à Claire Thépaut. Nicolas Sarkozy figurait parmi les personnalités épinglées sur le "mur des cons", dans les locaux du Syndicat de la magistrature. or, Claire Thépaut, l'une des juges qui a placé l'ex-chef de l'Etat en garde à vue, est membre de ce syndicat.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

POINT DE VUE - Sarkozy en garde à vue : aussi exceptionnel que grave

AUX ORIGINES - Tout a commencé avec...

EN BREF - Cinq questions sur la garde à vue de Nicolas Sarkozy

REVUE DE PRESSE - Une garde à vue très commentée à l'étranger

RÉACTIONS - Sarkozy, "un justiciable comme les autres"

L’ENQUÊTE - L'avocat de Nicolas Sarkozy en garde à vue dans l'affaire des écoutes