Nicolas Sarkozy joue au "président bis"

  • A
  • A
Nicolas Sarkozy joue au "président bis"
@ Reuters
Partagez sur :

SHADOW PRESIDENT - Le président de l'UMP se comporte comme le chef de l'Etat qu'il n'est plus.

L'INFO. Nicolas Sarkozy s'active contre la loi Macron. Mardi, le président de l'UMP a reçu les représentants des professions réglementées : notaires, huissiers ou avocats. "L'UMP doit être à l'écoute de cette souffrance et de ces inquiétudes", a-t-il déclaré. Et Nicolas Sarkozy ne compte pas s'arrêter là. Il va continuer à consulter tous azimuts. Un président de parti hyperactif qui n'a pas perdu ses réflexes de chef d'Etat.

>> LIRE AUSSI - L'UMP mal à l'aise sur la loi Macron

Il reçoit tout le monde. "Il va marquer le gouvernement à la culotte sur tous les sujets", promet un dirigeant de l'UMP. Nicolas Sarkozy joue au président parallèle, et il y prend goût. Mardi, il a raccompagné tous ses interlocuteurs sur le perron de la rue de Vaugirard, comme au bon vieux temps de l'Elysée. Mercredi, le président de l'UMP va continuer ses consultations, cette fois avec des administrateurs judiciaires et des commissaires-priseurs.

>> LIRE AUSSI - Sarkozy ressort son costume de président

En janvier, ce sera au tour de la loi Touraine d'être dans son viseur. Nicolas Sarkozy recevra alors les professions de santé. "La démarche est inédite au sein d'un parti", reconnait un de ses proches. Les responsables syndicaux et associatifs ont eux aussi droit à une petite place dans l'agenda surchargé de Nicolas Sarkozy. Il a ainsi déjà rencontré Pierre Gattaz, patron du Medef, la semaine dernière.

Des vœux le 31 décembre. Viendra ensuite l'heure du retour sur le terrain. Nicolas Sarkozy veut renouer le contact avec les Français, et non se contenter des  militants UMP. L'ancien chef de l'Etat n'est pas très loin. Un statut que l'on décèle à ses communiqués de presse. Nicolas Sarkozy n'intervient en effet que sur les "grands" sujets : condamner l'attentat de Peshawar, saluer la libération de l'otage Serge Lazaveric ou réagir à la mort de l'ex-ministre Jacques Barrot.

>> LIRE AUSSI - Morano a demandé à Sarkozy "de se calmer"

Dernier indice de cette volonté de rappeler son statut : les vœux du 31 décembre. Depuis son départ de l'Elysée, Nicolas Sarkozy se contentait d'un message sur sa page Facebook pour souhaiter un joyeux Noël à ses fans. Cette fois, il va renouer avec des vœux plus traditionnels.

 >> LIRE AUSSI - Sarkozy veut faire de l'UMP "le métro à 18h"