Sarkozy : "Je suis né hétérosexuel, je n'en ai aucun mérite"

  • A
  • A
Sarkozy : "Je suis né hétérosexuel, je n'en ai aucun mérite"
Nicolas Sarkozy était invité de l'émission "Des paroles et des actes", jeudi soir, sur France 2.@ Kenzo TRIBOUILLARD/AFP
Partagez sur :

L'ancien président a reconnu jeudi sur France 2 avoir "eu tort" de promettre d'abroger la loi autorisant le mariage homosexuel.

Le président du parti Les Républicains, Nicolas Sarkozy, a affirmé jeudi soir lors de l'émission Des paroles et des actes sur France 2 que l'homosexualité était "une affaire difficile et sensible" et que "l'on ne choisi(ssait) pas son identité sexuelle", ajoutant, en citant son propre exemple : "Je suis né hétérosexuel, je n'en ai aucun mérite". L'ancien président a également reconnu avoir "eu tort" de promettre d'abroger la loi Taubira autorisant le mariage homosexuel, lors d'un meeting en novembre 2014.

"On ne choisit pas son identité sexuelle". L'homosexualité, "c'est une affaire difficile et sensible qui engage la souffrance de beaucoup de personnes", a estimé l'ancien chef de l'Etat. "On ne choisit pas son identité sexuelle, on choisit de l'assumer", a-t-il ajouté. "Et qu'on soit homo ou hétéro, on a besoin d'amour, et l'amour a besoin d'une reconnaissance sociale."

"Le remède pire que le mal".Dans son livre La France pour la vie, Nicolas Sarkozy écrit qu'il ne souhaite pas revenir sur le mariage homosexuel, réforme de son successeur François Hollande : "Il ne saurait être question de démarier les mariés, ce serait injuste, cruel et en outre juridiquement impossible", insiste-t-il avant de lâcher : "Le remède serait pire que le mal".

"Abrogation !". Le 15 novembre 2014, alors candidat à la présidence de l'UMP, Nicolas Sarkozy avait pourtant promis, lors d'un meeting, de réécrire "de fond en comble" la loi Taubira. Il avait alors été interrompu par de très nombreux participants qui scandaient "Abrogation ! Abrogation !".