Sarkozy "fait campagne avec violence"

  • A
  • A
Sarkozy "fait campagne avec violence"
Hollande: Sarkozy "fait campagne avec violence, agressivité"@ Capture écran
Partagez sur :

REACTIONS - Accusé par le président de "mentir" aux Français, Hollande a peu apprécié le discours de Marseille.

Nicolas Sarkozy a redoublé dimanche, au nom de son "amour pour la France", ses attaques contre le socialiste François Hollande et promis, s'il est réélu à la présidence de la République, une petite dose de proportionnelle aux élections législatives. De quoi séduire le MoDem ou encore le FN.

Le président-candidat a-t-il atteint son but ? Comment les candidats à la présidentielle ont accueilli son premier grand meeting politique ? Voici leurs réactions, à chaud. 

>> Hollande dénonce son "agressivité"

Oeil pour oeil et... coup pour coup. Dimanche soir, François Hollande a accusé Nicolas Sarkozy de faire "campagne avec violence et agressivité". 

"L' agressivité, c'est bien la forme qu'il a choisie", a ainsi fustigé le candidat socialiste sur BFMTV, quelques minutes après le meeting du candidat UMP . Dans la cité phocéenne, Nicolas Sarkozy, a, sans le nommer, accusé Hollande de "mentir aux Français", raillant celui qui "fait semblant d'être Thatcher à Londres et Mitterrand à Paris", en référence à des récents propos du candidat PS à l'Elysée au Guardian.



"Le bilan de Nicolas Sarkozy, les Français le connaissent : son projet, c'est son bilan, ce qu'il a dit encore cet après-midi, c'est la justification de ce qu'il avait fait et aucune proposition nouvelle", lui a répondu François Hollande.





Aimer la France, c'est refuser la violence dans le débat public. #FH2012

Feb 19 via webFavoriteRetweetReply


"Moi, je ne me détourne pas de l'objectif que je me suis fixé", a ensuite indiqué le député de Corrèze, "Je fais en sorte de présenter mon programme, mes idées, ma démarche, ma volonté, mon chemin pour la France. C'est le seul objectif que je me fixe".

>> Bayrou fustige "un leurre".

De son côté, François Bayrou a qualifié de "nouveau leurre" la proposition de Nicolas Sarkozy d'instaurer "à la marge" une dose de proportionnelle dans le mode d'élection des députés. "L'idée de proportionnelle, c'est-à-dire d'un scrutin juste, qui respecte équitablement tous les grands courants de la vie politique, est incompatible avec l'expression "à la marge". La charité de quelques sièges, merci beaucoup", a répondu laconiquement Bayrou.

"Il est évidemment impossible de réaliser cette réforme pour le mois de juin", c'est-à-dire pour les prochaines législatives, a-t-il poursuivi, "les usages républicains n'autorisent pas jusqu'à maintenant de changer le mode de scrutin quelques semaines avant une élection". C'est une proposition "sans consistance, sans fondement et sans sincérité", a-t-il insisté.

>> Marine Le Pen : "des mots, encore des mots"

C'est en chanson que Marine Le Pen a, elle, répondu au discours de Nicolas Sarkozy. Avant le meeting de Marseille, la candidate du Front national à la présidentielle a ainsi parodié sur I-télé la chanson de Dalida "Paroles, paroles...".



Interrogée sur une prétendue volonté de Nicolas Sarkozy de siphonner les voix du FN, Marine Le Pen a répondu en chantant : "encore des mots, toujours des mots", en roulant les "r" à la façon de Dalida.

Elle lui a ensuite infligé un "carton rouge" pour l'ensemble de son oeuvre.