Sarkozy et le Salon de l'Agriculture, une histoire mouvementée
Nicolas Sarkozy est attendu lors de sa visite au Salon de l'agriculture 2011. © REUTERS

VIDEOS - Le président a commis quelques impairs avant de se rattraper en 2011.

Cette année, Nicolas Sarkozy a prévu d’y passer au moins trois heures. Le président est attendu samedi matin, dès 8h30 pour inaugurer le 49e Salon de l’Agriculture. Au programme de la matinée, bain de foule, poignées de mains et échanges avec la profession agricole. Pendant cette visite, le chef de l’Etat ne devrait pas manquer de rappeler qu'il est aussi candidat à sa propre succession. "Nicolas Sarkozy va soigner son image, il a besoin de remobiliser ce socle électoral", précise à Europe1.fr Damien Philippot, responsable d’études politiques à l’IFOP.

Rendez-vous politique incontournable, le Salon de l’Agriculture est un exercice à haut risque pour les politiques. Nicolas Sarkozy en sait quelque chose. Europe1.fr revient sur ses cinq derniers salons.

2008 - La fausse note

24 février 2008. Premier Salon de l’Agriculture, premier gros couac pour Nicolas Sarkozy. En plein bain de foule, le président croise un visiteur récalcitrant qui refuse sa poignée de main. "Ah non, touche-moi pas", prévient-il. Le président lui répond : "Casse-toi, alors !" "Tu me salis", embraye le badaud. "Casse-toi alors, casse-toi alors pauvre con, va", lâche Nicolas Sarkozy.





La vidéo mise en ligne sur leparisien.fr fait le buzz : 700.000 internautes la regardent le jour même de sa diffusion. La perte de sang-froid du président est mal perçue chez les agriculteurs. Ses annonces au monde agricole passent à la trappe. Son premier Salon est un véritable échec.

2009 - Un chocolat et Sarkozy s’en va…

21 février 2009. Nicolas Sarkozy fait le service minimum pour son deuxième salon. Visage crispé, le président fait le tour des stands en 1h30, entouré de nombreux gardes du corps et de militants UMP. Pire, contrairement à Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy ne goûte pas aux produits du terroir. Le chef de l’Etat n’acceptera qu’un chocolat au cours de sa visite expresse. Là où son prédécesseur avalait tout sans modération …


2010 - Sarkozy rate l’ouverture

Contrairement aux deux années précédentes, Nicolas Sarkozy n’inaugure pas le Salon de l’Agriculture en 2010. Son prédécesseur, Jacques Chirac a pourtant toujours pris soin de le faire, mis à part en 1999, en raison d’un voyage à l’étranger. L’absence du président Sarkozy passe mal. Les syndicats sont irrités. Plus encore que pour l’épisode du « casse-toi  pauvre con ». Nicolas Sarkozy finira par se rendre au salon le 6 mars. Soucieux de redorer son image, il annonce des mesures fortes en direction des agriculteurs en difficulté. Et répond sans détour à ceux qui lui reprochent de ne pas faire assez son Chirac.

"Bien sûr, aller saluer sur les stands les éleveurs, les producteurs, ça fait partie de la tradition, du folklore, c'est sympathique, j'aime beaucoup ça. Mais enfin, ce n'est pas au nombre de mains serrées qu'on va résoudre les problèmes des agriculteurs", affirme Nicolas Sarkozy. "On prend les cadeaux, on embrasse les petites filles, on se fait photographier devant les plus belles bêtes. Tant mieux. Mais ce n'est pas ça qui va sauver l'agriculture française", tranche le chef de l’Etat.


2011 - Une visite à la Chirac

Fini le temps où Nicolas Sarkozy ne daignait déguster qu’un petit chocolat. Pour son quatrième Salon, en 2011, le président prend son temps, arpentant pendant près de quatre heures les allées du salon. Pour Christian Jacob, patron des députés UMP et ancien syndicaliste agricole, Nicolas Sarkozy a enfin réussi son examen de passage : "C'est une bonne visite, c'est une visite à la Chirac", dira ce très proche de l’ancien président. Cette année, plus que les autres, Nicolas Sarkozy n’a pas le droit à l’erreur.



par