Sarkozy et Juppé face à face sur le terrain

  • A
  • A
Sarkozy et Juppé face à face sur le terrain
Partagez sur :

L'ancien chef de l'Etat se rend en Indre-et-Loire pour la Fête de la Violette samedi, tandis que le maire de Bordeaux rencontre ses petits donateurs.

Fête de la Violette pour l'un, fête de la brochette pour l'autre. Nicolas Sarkozy et Alain Juppé se livrent un duel à distance pour le leadership à droite. Tous les deux sont sur le terrain en ce samedi caniculaire. L'ancien président de la République se rend en Indre-et-Loire au rassemblement annuel de la Droite forte, tandis que le maire de Bordeaux sera à Suresnes pour un pique-nique avec ses supporters.

La discrète campagne de Juppé. Pour Alain Juppé, il s'agit de soigner ses petits donateurs, histoire de créer un élan populaire autour de sa campagne. Toujours favori des sondages dans la perspective de la primaire à droite, Alain Juppé laboure la France depuis six mois. Des déplacements peu médiatisés, souvent sur deux jours pour bien laisser une empreinte de son passage. Cette campagne discrète s'organise avec le soutien de 350 comités locaux dans toute la France et d'une cinquantaine de parlementaires qui se réunissent tous les 15 jours.

En face, Nicolas Sarkozy - qui n'est pas officiellement candidat à la primaire - fait lui aussi campagne, mais dans les habits de président du parti Les Républicains (LR). Il enchaîne les déplacements pour soutenir les candidats aux élections régionales de décembre. Ainsi, l'ancien président était jeudi dans les Bouches-du-Rhône aux côtés de Christian Estrosi, tête de liste LR en région Paca.

Sarkozy contre les Le Pen. Après des départementales victorieuses en mars, Nicolas Sarkozy entend mener Les Républicains vers de nouveaux succès, avec un défi de taille : empêcher la famille Le Pen de gagner en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où Marine Le Pen est candidate, et en Paca, où Marion Maréchal-Le Pen mènera les troupes frontistes. Le message est clair : pendant que les autres font campagne pour eux-mêmes, Nicolas Sarkozy fait valoir qu'il se met au service du collectif. Et que le temps de son ambition personnelle viendra plus tard.