Sarkozy espionnerait les journalistes

  • A
  • A
Sarkozy espionnerait les journalistes
@ REUTERS
Partagez sur :

Le président superviserait l’écoute de journalistes d'investigation, selon Le Canard enchaîné.

Le Canard enchaîné accuse Nicolas Sarkozy de contrôler "personnellement" l’écoute des journalistes qui travaillent sur les affaires sensibles, comme l’affaire Bettencourt. Dans son édition datée de mercredi, l’hebdomadaire satirique relate, dans un article signé de son rédacteur en chef Claude Angeli, comment le chef de l’Etat surveillerait l’"espionnage" des journalistes. Cette allégation a été qualifiée de "totalement farfelue" par l’Elysée mardi.

"La DCRI ne s'occupe pas des journalistes"

Le Canard Enchaîné affirme que Nicolas Sarkozy demanderait "à Bernard Squarcini, directeur central du Renseignement intérieur, de surveiller tel ou tel membre de la presse". Dans l'entourage de ce dernier, on affirme que le directeur de la DCRI n'a "jamais eu d'instruction de Nicolas Sarkozy depuis que celui-ci est président de la République". "La DCRI ne s'occupe pas des journalistes, mais, éventuellement, de leurs sources", a-t-on poursuivi.

Elle est "chargée, notamment, de la lutte contre le terrorisme, mais aussi de celle contre la compromission, ainsi que de la défense des intérêts de l'Etat. Lorsque des fuites interviennent à haut niveau dans un cabinet ministériel, il est de son devoir de s'en saisir. Elle a une structure hiérarchique (directeur général de la police nationale, directeur du cabinet du ministre) et lui rend compte de ses saisies d'initiative", a-t-on ajouté dans l'entourage de Bernard Squarcini.

"Un groupe" dédié

D’après le Canard enchaîné, "un groupe" aurait même été monté spécialement à cette fin. Il serait composé de "plusieurs anciens policiers des RG", qui "se procurent les factures détaillées du poste fixe et du portable du journaliste à espionner". Le journal affirme tenir ses informations de "sources anonymes au sein de la DCRI".

Ces révélations du Canard rappellent les récentes attaques du journal Le Mondecontre l’exécutif. Le groupe de presse accuse en effet le pouvoir d’avoir fait espionner un journaliste afin d’identifier l’un de ses informateurs dans l’affaire Bettencourt.

Plus récemment, trois vols d’ordinateurs ont été constatés chez des journalistes ayant enquêté sur l’affaire. Il s’agit d’enquêteurs de Mediapart, du Monde et du Point.