Sarkozy en manque d'influence

  • A
  • A
Sarkozy en manque d'influence
@ REUTERS
Partagez sur :

Le président français est le grand absent du classement du Time. Contrairement à DSK.

Voilà qui devrait déplaire à Nicolas Sarkozy. Le président français n’apparaît en effet pas dans la liste des personnes les plus influentes du monde, liste dressée et publiée jeudi par le magazine américain Time. Pire, pour le chef de l’Etat : celui qui pourrait être son principal rival à l’élection présidentielle, Dominique Strauss-Kahn, président du FMI émarge à la 7e place. Les autorités françaises ne sont toutefois pas oubliées, puisque Christine Lagarde se classe 16e.

Lula le plus influent

L'hebdomadaire américain divise son classement en quatre catégories : dirigeants, héros, artistes et penseurs. Dans la première, où le chef de l’Etat français aurait pu être classé, c’est Lula, le président brésilien, qui arrive en tête. Pour justifier sa décision, Time publie un commentaire du cinéaste américain Michael Moore: "Ce que Lula veut pour le Brésil, c'est ce que nous nous avions l'habitude d'appeler le rêve américain". Barack Obama se classe lui quatrième.

Le magazine explique qu'il ne s'agit pas d'un palmarès des personnalités les plus puissantes. "Il ne s'agit pas de l'influence du pouvoir, mais du pouvoir de l'influence", précise Time, qui distingue aussi l'ancienne candidate républicaine à la vice-présidence des Etats-Unis, Sarah Palin.

Lady Gaga et Bill Clinton honorés

L'excentrique chanteuse américaine Lady Gaga, 24 ans, se place en tête de la catégorie "artistes". Derrière elle figurent aussi le chanteur Prince, le créateur américain Marc Jacobs, l'actrice Sandra Bullock, le réalisateur canadien James Cameron et le chef d'orchestre russe Valery Gergiev. Dans la catégorie "penseurs", le Time cite Tim Westergren, le fondateur de Pandora -un service de découverte de musique en ligne- et Steve Jobs, le patron d'Apple.

L'ancien président américain Bill Clinton figure quant à lui dans la catégorie "héros", aux côtés du chef de l'opposition iranienne Mir Hossein Moussavi et de l'Américaine Serena Williams, numéro un mondiale du tennis féminin.