Sarkozy en a assez de la "méprisance"

  • A
  • A
Sarkozy en a assez de la "méprisance"
@ REUTERS
Partagez sur :

TOUT EST DIT - Après la "bravitude" de Ségolène Royal, c'est au tour du candidat sortant d'inventer un mot.

Tous les matins, Laurent Guimier et la rédaction d'Europe 1 sélectionnent pour vous le meilleur des déclarations et des petites phrases politiques du jour.

On commence par un événement incontournable ce mercredi. Il s'agit d'une première : Marine Le Pen a donné raison à Ségolène Royal au sujet de l’affaire Bettencourt et de l’enquête judiciaire qui se rapproche du Président. Souvenez-vous, il y a quelques jours, Ségolène Royal avait provoqué un tollé en affirmant que Nicolas Sarkozy était en campagne pour garder son immunité.  Sur France 2, Marine Le Pen relance la polémique. "Je finis par me poser la question", avoue la fille de Jean-Marie Le Pen qui compare le président sortant à Jacques Chirac

A noter aussi ce matin, le “pan sur le bec” des étudiants d'une école de journalisme à François Bayrou. Interrogé sur une des mesures qu'il compte mettre en place s'il est élu, le centriste s’est emmêlé les pinceaux. En fait, il était question des bourses accordées aux étudiants. Interloqué, François Bayrou a affirmé qu'il n'avait jamais proposé une telle mesure avant de tacler sèchement les journalistes en herbe. "Je connais assez bien mon programme", a ironisé le candidat. Sauf que les étudiants de l’école de journalisme avaient raison. Cette mesure figure en toutes lettres en page 9 du programme de François Bayrou. Elle était aussi sur son site internet. Etait car le site a été modifié depuis l’émission.

Mais François Bayrou n'est pas le seul à faire des bourdes. Mardi soir, Nicolas Sarkozy s'est illustré lors de son meeting à Nantes dans la série des hommes politiques qui inventent des mots. En 2007, Ségolène Royal initiait le mouvement avec la désormais célèbre "bravitude". Il y a quelques semaines, Arnaud Montebourg suivait avec la "soignade". Pour Nicolas Sarkozy, ce sera la "méprisance". L'erreur a provoqué un énorme éclat de rire sur twitter. 

On termine par un peu de douceur grâce à une vidéo dénichée sur YouTube. L'an dernier, une pub Citroën faisait le buzz sur internet. On y voyait une petite fille dans son bain dire “non” à toutes les voitures des autres marques. Le spot se terminait par un “oui” au modèle Citroën. Un internaute vient d'adapter la formule à la présidentielle. Pour qui Charlotte va-t-elle voter ? On vous laisse découvrir la réponse de la fillette. Dur dur d’être un bébé dans la campagne !

"Je ne sais pas où vous avez trouvé cette phrase" (François Bayrou) :