Sarkozy "déterminé", Hollande "maîtrisé"
François Hollande et Nicolas Sarkozy © REUTERS

ZOOM - Décryptage du tour de chauffe cathodique Hollande-Sarkozy sur le fond et la forme.

François Hollande et Nicolas Sarkozy ont poursuivi jeudi leur duel à distance, avant le face-à-face du 2 mai pour le débat de l'entre-deux-tours. Sur le plateau de Des paroles et des actes, ils ont été interrogés à tour de rôle. Durant cinquante minutes chacun, les deux candidats ont réaffirmé leurs ambitions et décoché quelques piques en direction du camp adverse. Mais sur le fond et sur la forme ont-ils réussi leur tour de chauffe ? Europe1.fr a posé la question à Arnaud Mercier, chercheur en communication politique à l'université de Metz. Voici son décryptage :

>> SUR LA FORME

• Un Sarkozy déterminé

sarkozy-460

"Sur France 2, le candidat de l’UMP s’est montré très convaincant et déterminé. Il n’a rien lâché. Il a usé du plateau de France 2, comme d’une tribune de meeting. Dans ses 'gimmicks', dans ses anecdotes, il a ainsi adopté un ton et une attitude très proches de ceux de ses meetings. Puis, au fur et à mesure de l’émission, Nicolas Sarkozy s’est détendu jusqu’à retrouver les accents de sa campagne de 2007 : un Sarkozy blaguant, chahutant les journalistes".


• Un Hollande très présidentiel

hollande460

"François Hollande était, lui, conforme à ce qu’il est depuis des semaines : un candidat affichant une certaine gravité, une maîtrise de soi. Le socialiste était, sur France 2, quasi-mitterrandien. Les mains jointes, le dos droit, presque figé. Il habitait la fonction de président, et a eu à cœur d’afficher des prises de position claires, tranchées [comme sur le cannabis]".


>> SUR LE FOND

• Sarkozy en difficulté face à son bilan

sarkozy-sarkozy460

"Sur le fond, Nicolas Sarkzoy a fait du Nicolas Sarkozy, annonçant par exemple une réforme de la loi [il souhaite créer une "présomption de légitime défense"] suite à un fait divers, la mise en examen d’un policier en Seine-Saint-Denis."

"Dans le volet ‘économie’ de son interview, Nicolas Sarkozy s’en est moins bien sorti. L’exercice de défense de son bilan était difficile pour lui : à l’inverse d’un François Mitterrand en 1988 et d’un Jacques Chirac en 2002, il est un président-sortant qui ne peut partager la responsabilité avec un gouvernement de cohabitation. Là, Nicolas Sarkozy a eu du mal à incarner la rupture."

"En revanche, il s’est montré clair sur les législatives, assurant qu'il n'y aura pas d'accord de désistement UMP-FN, et sur sa condamnation des propos du député UMP Lionnel Luca qui avait surnommé "rottweiler" la compagne de son rival François Hollande, Valérie Trierweiler."


• Hollande incantatoire sur l’Europe

hollande-hollande

"François Hollande a lui montré qu’il connaissait ses dossiers. Mais sur la croissance notamment, il a eu un discours assez incantatoire, enchaînant les formules du type 'il va falloir', 'il faudrait', 'il faudra bien négocier avec l’Europe',etc."

"Son refus de dire s'il pensait ou non qu'il y avait trop d'étrangers en France, était également maladroit, alors qu'il aurait pu s’en sortir par une pirouette rhétorique."

"Puis, François Hollande a été très clair sur la moralisation de la vie politique.Très précis sur le non-cumul des mandats ou encore la baisse du salaire présidentiel. Il s’est alors montré convaincant."