Sarkozy candidat, un "non-événement"

  • A
  • A
Sarkozy candidat, un "non-événement"
@ Capture d'écran
Partagez sur :

TOUT EST DIT - La gauche fait tout pour minimiser l'annonce de Nicolas Sarkozy.

Tous les matins, Laurent Guimier et la rédaction d'Europe 1 sélectionnent pour vous le meilleur des déclarations et des petites phrases politiques du jour.

Ce mercredi, c’est la veillée d’armes pour tous les candidats. Et pour cause :  c'est aujourd'hui que Nicolas Sarkozy doit annoncer sa candidature à la présidentielle. Depuis quelques jours, on évoque une déclaration au 20h de TF1. Du côté de l’UMP, Jean-Pierre Raffarin s’amuse à laisser penser qu’une grosse surprise pourrait arriver d’ici ce soir. Nicolas Sarkozy candidat: oui. Mais peut-être pas comme on le croit...  Invité du Grand Journal mardi soir, il fait le malin : "Peut-être qu'il va annoncer quelque chose avant".
 
 Côté PS, les éléments de langage sont bien rodés. Partout ce matin, c’est le même mot dans la bouche des membres de l’équipe François Hollande : “Non-événement”. Sur iTélé, le sénateur François Rebsamen récite la partition : "On a l'habitude de la candidature permanente de Nicolas Sarkozy, c'est un non-événement".
 
 Nathalie Kosciusko-Morizet, la future porte-parole du candidat Sarkozy, réagit sur Europe1 au micro de Jean-Pierre Elkabbach : "François Hollande voudrait que ça soit un non-événement. Il prend ses rêves pour des réalités", tâcle la future porte-parole du candidat Nicolas Sarkozy. Déjà bien dans sa fonction.
 
 Il n'y a pas qu'à droite que François Hollande agace. Hier; il s'est mis ses alliés à dos. Lors d’un déjeuner avec des journalistes anglais relayé dans le Guardian, le candidat socialiste a déclaré que contrairement à 1981, “il n’y a plus de communistes en France... Ou pas beaucoup”. Ces propos ont provoqué un tollé. Très en colère, Marie-George Buffet répète : "On est là ! Wouhou ! On se bat dans le Front de Gauche".
 
 Ce mercredi, Martine Aubry était en première ligne pour essayer de désamorcer le conflit. Il n'y aura pas de guerre PC-PS a promis l'ex-première secrétaire du parti socialiste. "Les communistes n'ont pas le même poids aujourd'hui qu'hier" a-t-elle nuancé sur LCI avant d'ajouter qu'il est quand même "important".
 
 Enfin un scoop qui tourne beaucoup sur internet depuis hier, c'est Dominique de Villepin en tête dans un sondage. Alors ce n'est pas le sondage le plus déterminant pour la campagne. Figurez-vous que Dominique de Villepin est le candidat le plus... sexy, aux yeux des Français interrogés par Harris Interactive. La rédaction d'Europe 1 a cherché à comprendre pourquoi. Aurélie Herbemont a suivi l’ancien Premier ministre en déplacement à l’IUT de Sarcelles, dans le Val d’Oise. Devant une assemblée d'étudiants, il l'a dit : "J'ai quitté Matignon à poil". Dominique de Villepin qui raconte son strip-tease politique, ça fait des heureuses. Dans ce palmarès des candidats les plus sexy, le candidat centriste arrive devant Nathalie Arthaud. A la troisième place, on trouve Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy.

"Dans cette affaire j'ai cru que Nicolas Sarkozy cherchait à vous surprendre" (Jean-Pierre Raffarin) :