Sarkozy assume "l'héritage" chrétien

  • A
  • A
Sarkozy assume "l'héritage" chrétien
Le président de la République a visité la cathédrale du Puy-en-Velay, son baptistère et son cloître.@ MaxPPP
Partagez sur :

Le chef de l'Etat a centré sa visite au Puy-en-Velay sur "l'héritage patrimonial de la France".

Nicolas Sarkozy a appelé à "assumer sans complexe" l'héritage chrétien de la France, tout en défendant la diversité, jeudi, lors d’une visite au Puy-en-Velay, consacrée à "l'héritage patrimonial de la France". Sur ce lieu de passage du pèlerinage catholique vers Saint-Jacques de Compostelle, le président de la République a déclaré que la "chrétienté a laissé" à la France "un magnifique héritage de civilisation".

"Cet héritage nous oblige, cet héritage, c'est une chance, mais c'est d'abord un devoir, il nous oblige, nous devons le transmettre aux générations, et nous devons l'assumer sans complexe et sans fausse pudeur", a expliqué le chef de l'Etat. Pour lui, le "premier devoir" est de "conserver et restaurer" cet héritage, une "mission, a-t-il promis, "à laquelle l'Etat ne peut et ne doit se dérober".

"Il ne faut pas opposer identité et diversité"

Citant Claude Lévi-Strauss, Nicolas Sarkozy a fait valoir que "l'identité n'est pas une pathologie". "Sans identité, il n'y a pas de diversité", a-t-il ajouté. "A l'origine de la diversité, il y a les identités. Ce n'est pas faire preuve de fermeture de croire en son identité. Il ne faut pas opposer identité et diversité", a insisté le chef de l'Etat, alors que s'ouvre à l'UMP un débat sur la laïcité, très critiqué au sein même de la majorité.

"Nous sommes tous des citoyens romains", a lancé, s'écartant de ses notes, Nicolas Sarkozy :

Avant de prononcer son discours, Nicolas Sarkozy a visité la cathédrale du Puy-en-Velay, son baptistère et son cloître, ainsi que le chantier d'aménagement de l'Hôtel-Dieu. Il était accompagné des ministres de la Culture Frédéric Mitterrand et des Affaires européennes Laurent Wauquiez, également maire du Puy-en-Velay.

"Une opération électoraliste" pour Marine Le Pen

Le déplacement du chef de l'Etat en Haute-Loire a été la cible des attaques de Marine Le Pen jeudi matin. La présidente du Front National a dénoncé sur Europe 1 "une opération électoraliste". "Aujourd'hui, Nicolas Sarkozy joue de la mandoline, je ne suis pas sûre que les Français soient sensibles à ce petit air", a-t-elle ajouté n'accordant "aucune sincérité en la matière" au président de la République.