"Sarkozy a raison de vouloir savoir"

  • A
  • A
"Sarkozy a raison de vouloir savoir"
Partagez sur :

Edouard Balladur, a tenu à soutenir, mardi sur Europe 1, son ancien protégé, partie civile dans le procès Clearstream.

"Je trouve parfaitement légitime que Nicolas Sarkozy souhaite savoir exactement ce qui s’est passé. Et ce n’est pas parce qu’il est président de la République qu’il aurait dû y renoncer", a assuré, mardi sur Europe 1, Edouard Balladur. L’ancien premier ministre revenait sur la polémique qui entourele procès Clearstream dans lequel Nicolas Sarkozy est partie civile alors même, qu’en tant que chef de l’Etat, il est l’autorité hiérarchique du procureur.

"Je trouve, qu’en l’espèce que Nicolas Sarkozy a raison (...) Il a raison de vouloir savoir", a ajouté Edouard Balladur.

"Je voudrais rappeler qu’un certain nombre de présidents ont saisi la justice sur certains problèmes. Cela a été le cas de Charles de Gaulle, de Georges Pompidou et de François Mitterrand. Pourtant, ils n’avaient pas moins de pouvoir sur le corps judiciaire que Nicolas Sarkozy. Ils en avaient même plus", a ensuite précisé l’ancien premier ministre rappelant, qu’à leur époque, Charles De Gaulle et Georges Pompidou ont fait plusieurs fois usage du chef d’accusation d’offense au président de la République.













Edouard Balladur a publié récemment ses conversations avec François Mitterrand dans un livre : Le pouvoir ne se partage pas*. Il y raconte la cohabitation de 1993-1995, la maladie du chef de l’Etat et les passes d’armes de l’époque.

Il évoque notamment le peu d'égards que François Mitterrand pouvait avoir pour les ténors de son propre parti : Jacques Delors, Henri Emmanuelli, Lionel Jospin. "Il faudrait savoir ce qu'il disait des candidats éventuels de la droite, y compris de moi-même. Simplement ce n'était pas à moi qu'il le disait. Vous savez, l’indulgence n’est pas une vertu très répandue dans le milieu politique. Ni la charité chrétienne", conclut l'ancien ministre.

*Le pouvoir ne se partage pas. Conversations avec François Mitterrand d'Edouard Balladur (Fayard)