Sapin : "la bataille du chômage est en train d’être gagnée"

  • A
  • A
Sapin : "la bataille du chômage est en train d’être gagnée"
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le ministre du Travail assure que, malgré la hausse des chiffres, la situation du marché de l'emploi est meilleure.

Tout est une question d’interprétation. Alors que les chiffres du chômage, dévoilés jeudi, sont repartis à la hausse, François Hollande a assuré dans un communiqué que "l'inversion de la courbe du chômage, sur laquelle [il s'est] engagé, est bien amorcée". Invité vendredi matin d’Europe 1, Michel Sapin, ministre du Travail, a tenu le même discours, au mot près.

"Je ne suis pas un ministre du quotidien, mais de la durée". Premier argument avancé par l’ami de 30 ans du président pour justifier l’optimisme présidentiel : l’étude des résultats se fait par trimestre et non par mois. "Ces chiffres, tous les mois, il y a deux manières de les regarder : l’immédiat et les tendances. Et sur la tendance elle-même, oui depuis le début de l’année nous avons fait reculer le chômage et ce quatrième trimestre amorce la baisse du chômage", a-t-il assuré, reconnaissant ensuite que "les deux langages sont vrais, mais moi je ne suis pas là pour être au jour le jour. Je ne suis pas un ministre du quotidien, mais de la durée. Je veux que l’inversion de la courbe du chômage, qui est en train de naître, soit durable. Aujourd’hui, ce sont les prémices."



Michel Sapin : "Nous amorçons la baisse du...par Europe1fr

"Ce qui compte, c’est de regarder comment ça bouge". Interrogé sur la hausse de 17.800 chômeurs dans la catégorie A, ce qui vient presque effacer la baisse du mois précédent alors que c’est sur cette catégorie qu’est fondée la promesse d’inversion de la courbe, Michel Sapin rappelle que "dans les catégories B et C, qui augmentaient le mois dernier, cette fois-ci, ça baisse. Ces chiffres du chômage au mois par mois, ce sont des chiffres qui montent un mois, puis redescendent. Ce qui compte, c’est de regarder comment ça bouge. Combien y avait-il de chômeurs de plus au 1er trimestre 2013 ? 30.000 par mois. Combien y avait-il de chômeurs de plus au 2e trimestre 2013 ? 18.000. Combien y avait-il de chômeurs de plus au 3e trimestre 2013 ? 5.500 de plus. Et dans le deux premiers mois du 4e trimestre, ce n’est pas en plus, mais en moins !"

"Vous savez ce que c'est une tendance ?" Quant à la reprise du chômage chez les jeunes, alors qu’il baissait continuellement depuis des mois, Michel Sapin s’est presque emporté : "oui, ça augmente de 2.000 au mois de novembre. Et ça baisse de combien au mois de mai dernier ? C'est une des plus grandes batailles que nous ayons gagné. Il y a eu 23.000 chômeurs de moins parmi les moins de 25 ans. Alors vous en avez 2.000 de plus au mois de novembre et vous allez dire que ça annule ? Non, et c'est la raison pour laquelle ces commentaires au mois le mois, qui sont parfaitement légitimes, il faut les regarder avec un peu d'intelligence et de perspective." Est-ce à dire que les emplois aidés n’ont pas été suffisamment utilisés ? "Non. D'un mois sur l'autre, pour des raisons purement statistiques sur lesquelles je ne vais pas revenir ici, il peut y avoir des hausses et des baisses. Ce qui compte, c'est la tendance : vous savez ce que c'est une tendance ?", a lancé le ministre, passablement agacé.

RTX15AJX

"La bataille est en train d’être gagnée". Parce que les chiffres sont parfois rébarbatifs, le ministre du Travail a voulu clore son intervention par une note d’optimisme. Certains parleront de méthode Coué : "Il faut être très modeste sur ces chiffres. C’est une bataille gigantesque. Elle est menée et elle est en train d’être gagnée, pas à pas. Mois après mois, chômeur après chômeur, on va continuer. C’est cette bataille là que les Français nous demandent de mener. Non pas pour la gloriole d’un jour, mais parce que c’est notre mission."

Et l’ami du président de conclure : "quand François Hollande nous a confié comme objectif l’inversion de la courbe du chômage, il se comporte en général en chef."

sur le même sujet

DÉCRYPTAGE - La courbe du chômage, une question de rhétorique

L'INFO - Le chômage repart à la hausse en novembre