"Salafistes" : Fleur Pellerin "assume totalement" l'interdiction aux moins de 18 ans

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

CINÉMA - La ministre de la Culture a jugé jeudi sur Europe 1 que les images très crues de ce film controversé pouvaient choquer les plus jeunes.

INTERVIEW

"J'assume totalement cette décision." Invitée jeudi sur Europe 1, Fleur Pellerin est revenue sur l'interdiction aux mineurs du film Salafistes. "Je crois qu'il faut, pour voir ce film et comprendre [qu'il s'agit] d'une dénonciation du salafisme, un peu de maturité et de recul", a-t-elle expliqué. "Un public trop jeune et pas assez averti pourrait manquer de ce recul."

"Extrêmement choquant". La ministre de la Culture, qui a "vu la première version" du film, a invoqué "beaucoup de passages extrêmement choquants" pour justifier sa décision, prise mercredi. Tourné au Mali, en Mauritanie et en Tunisie, Salafistes montre notamment "des images très crûes de la réalité de la vie sous la charia au Mali, mais aussi des amputations, des assassinats de masse avec des images d'otages", a détaillé Fleur Pellerin. De fait, les deux réalisateurs du long-métrage, François Margolin et Lemine Ould M. Salem, ont fait le choix de juxtaposer des interviews de salafistes, qui justifient des attentats ou lancent des appels au meurtre, avec des images de leurs actions violentes et d'autres de propagande extrémistes.

"Absence de décryptage". Or, tout est montré sans commentaire ni voix off. La commission de classification du Centre national du Cinéma a donc jugé, dans un avis rendu au ministère de la Culture, que le film "ne permet pas de façon claire de faire la critique des discours violemment anti-occidentaux, anti démocratique de légitimation d’actes terroristes, d’appels au meurtre d’infidèles présentés comme juifs et chrétiens, qui y sont tenus". La rue de Valois a appuyé cet avis, de même que la chaîne France 3, qui a décidé de ne pas diffuser ce documentaire, qu'elle a pourtant coproduit. "Ce parti pris d'absence de décryptage, d'absence de contextualisation, ne rend pas ce film visible par tous", a justifié Fleur Pellerin. Outre son interdiction aux moins de 18 ans, Salafistes sera diffusé avec un avertissement : "ce film contient des propos et des images extrêmement violents et intolérables, susceptibles de heurter le public."

Des spectateurs "assez intelligents". Cet avis n'est pas partagé par les deux cinéastes. "Nous, on fait confiance aux spectateurs et on pense que les gens sont assez mûrs, assez intelligents en France, surtout après ce qu'ils ont vécu, pour comprendre ce film qui nous concerne tous en tant que Français aujourd'hui", a déclaré François Margolin sur Europe 1 mardi. D'autres voix se sont élevées pour prendre la défense du documentaire, notamment celle de Claude Lanzmann. Dans une tribune au Monde, le réalisateur de Shoah avait dénoncé une "honteuse censure". 

>>Retrouvez l'interview de Fleur Pellerin en intégralité :


Christiane Taubira, Najat vallaud-Belkacem...par Europe1fr