Royal s'interroge sur l'intérêt du changement d'heure

  • A
  • A
Royal s'interroge sur l'intérêt du changement d'heure
@ ERIC FEFERBERG / AFP
Partagez sur :

STOP OU ENCORE ? - La ministre de l'Ecologie entend vérifier l'impact du changement d'heure sur les économies d'énergie pour "décider de [son] opportunité l'année prochaine". Une proposition réaliste ?

Dimanche, nous avons tous perdu une heure de sommeil en raison du changement d'heure. Mais il se pourrait que ce soit pour la dernière fois : Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie, s'est fendue samedi d'un tweet dans lequel elle annonce que son ministère va "vérifier la justification" du changement d'heure pour "décider de l'opportunité l'année prochaine".

Un sondage publié cet automne. Derrière cette décision, une affirmation : "les Français doutent de l'impact sur les économies d'énergie qui en étai[ent] la raison d'être". Cet automne, OpinionWay a publié un sondage selon lequel moins d'un Français sur cinq est favorable au changement d'heure, rapporte Le Figaro. Pour 75% des personnes alors interrogées, le changement d'heure a "des répercussions sur le sommeil, l'alimentation ou encore l'humeur". 

Une perception qui semble être vérifiée par des études scientifiques : Le Monde cite notamment une étude suédoise publiée en 2008 dans le New England Journal of Medecine, selon laquelle le risque de crise cardiaque était plus élevé dans le pays dans la semaine suivant le changement d'heure, particulièrement lors du passage à l'heure d'été. 

Quelles économies d'énergie ? Selon le sondage réalisé cet automne, 59% des personnes interrogées estiment en outre que le changement d'heure ne permet pas de réaliser des économies d'énergie. Car c'est la "raison d'être" de l'heure d'été et de l'heure d'hiver, instaurées en 1975, après le choc pétrolier, même si l'idée, beaucoup plus ancienne, remonte au 18ème siècle. 

La dernière étude sur le sujet remonte à 2010. Elle a été réalisée par l'Ademe, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie. On y apprend notamment que "pour l'éclairage, les gains se confirment bien", avec 440 gigawatt-heure (GWh) économisés, "soit l'équivalent de la consommation en éclairage d'environ 800.000 ménages". Cependant, ces gains se réduisent avec la hausse du nombre de lampes basse consommation. Reste que, selon l'Ademe, "à l'horizon 2030, les économies d'énergie engendrées par le régime d'heure d'été subsisteront" et devraient atteindre les 340 GWh.

Une directive européenne. La nouvelle étude demandée par Ségolène Royal doit être confiée à l'Ademe et suivie d'un "débat public". Mais la France pourrait-elle décider seule de sortir du système du changement d'heure ? Pas si sûr, car la France est loin d'être la seule à avoir adopté ce fonctionnement, en vigueur dans quelque 70 pays du monde. Dans l'UE, c'est la directive européenne du 19 janvier 2001 qui régit le changement d'heure, afin de "faciliter les transports et les communications". Et on peine à imagine une France qui ne serait pas à la même heure que ses voisins pendant la moitié de l'année. 

Qui a eu l'idée de changer d'heure ? Les explications ici :



Mais qui a eu l'idée de changer d'heure ?par Europe1fr

>> LIRE AUSSI - Le changement d'heure a-t-il un impact sur la santé ?

>> LIRE AUSSI - Comment gérer en douceur le passage à l'heure d'été ?

>> LIRE AUSSI - A quoi ressemblerait l'été si on ne changeait pas d'heure ?