Roms: Hortefeux veut "évacuer" 300 camps

  • A
  • A
Roms: Hortefeux veut "évacuer" 300 camps
@ MAX PPP
Partagez sur :

Le ministre de l'Intérieur veut "démanteler" "la moitié des camps illégaux d'ici trois mois".

Après les violences de Saint-Aignan, la semaine passée, Nicolas Sarkozy avait promis de se pencher sur les "problèmes que pose le comportement de certains parmi les Roms et les gens du voyage". Le sujet était abordé mercredi dans une réunion controversée à l’Elysée, en présence de François Fillon et de cinq ministres. A l’issue de cette rencontre autour du chef de l’Etat, un ensemble de mesures pour le moins répressives a été annoncé.

300 camps illégaux démantelés

Dans une allocution devant le perron du palais présidentiel, Brice Hortefeux a assuré qu'il avait été décidé "que dans un délais de trois mois la moitié des camps illicites seraient démantelés. Camps ou squats, c'est-à-dire aux alentours de 300".

Dans un communiqué, le chef de l'Etat précise également qu'une réforme législative sera entreprise "afin de rendre plus efficace le dispositif d'évacuation des campements illégaux."

Brice Hortefeux procédera parallèlement à la reconduite "quasi immédiate" en Roumanie et en Bulgarie des Roms ayant commis des atteintes à l'ordre public. En 2009, plus de 10.000 Roms ont été expulsés de France.

"Dix inspecteurs du fisc"

L'exécutif va en outre "affecter 10 inspecteurs du fisc afin de contrôler la situation des occupants de ces camps illicites et illégaux, car en effet beaucoup de nos compatriotes sont à juste titre surpris en observant la cylindrée de certains véhicules qui traînent les caravanes". Le ministre de l'Intérieur a également promis que le gouvernement allait "poursuivre la politique de développement des aires d'accueil" des populations nomades, des zones inégalement réparties sur le territoire national.

Plus de 400.000 gens du voyage sont recensés en France selon un rapport de 1990. 95% d'entre eux sont français et un tiers nomades. Les Roms, qui sont des Tsiganes de nationalité roumaine, bulgare et d'Europe centrale, forment une minorité.

"Festival de clichés"

"On est face à un festival de clichés les plus éculés", a réagi SOS Racisme par la vois de son président, Dominique Sopo. Les formules utilisées, laissent entendre que ces populations "fraudent avec le fisc", se mettent "hors la loi en vivant des camps illicites" et "commettent des délits qui doivent conduire à leur expulsion". "On est face à une vision de stigmatisation et racialisée de la société", a dit le président de l'association, Dominique Sopo. "L'Elysée veut susciter la peur pour déployer ses mesures de sécurité, et sa société de surveillance", a-t-il dit.

"Il n'y a rien de nouveau: cela fait huit ans que ces démantèlements existent, avec parfois des destructions de caravanes, et que les expulsions se font", a estimé de son côté le directeur général de France Terre d'Asile, Pierre Henry. "En réalité, il y a un problème de gouvernance de l'union Européenne" qui, selon lui, "serait bien avisée de rappeler à un certain nombre de pays, comme la Roumanie, qu'il y a des discriminations contre les Roms".

Enfin, le Parti socialiste a également réagi. "Nous disons qu'il y a des problèmes avec des délinquants mais nous n'accablons pas une population", a déclaré Benoît Hamon, porte-parole du PS sur France 2. "Il y a des délinquants parmi les Roms, il y a des délinquants parmi les gens du voyage et il y a des délinquants à Neuilly-sur-Seine."