Roms : Aubry en appelle à l'Etat

  • A
  • A
Roms : Aubry en appelle à l'Etat
@ MAXPPP
Partagez sur :

Elle veut des terrains pour les Roms évacués et dément être en conflit avec Valls. 

Martine Aubry se tourne vers l'Etat. Alors que le gouvernement réfléchit à des solutions pour régler le dossier épineux des camps de Roms illégaux, la maire de Lille a souhaité lundi que l'Etat trouve des terrains pour accueillir les Roms dont les campements ont été évacués. Ces derniers jours, plusieurs camps illicites ont en effet été évacués, notamment à Lille, Lyon, La Courneuve ou Marseille.

"Nous travaillons main dans la main avec le préfet pour trouver un terrain en dehors de la métropole" lilloise, a indiqué la première secrétaire du PS. La patronne du PS a également démenti l'information selon laquelle elle serait "en colère" contre Manuel Valls. Martine Aubry assure avoir toujours été informée du démantèlement des camps illégaux.

Les terrains, "pas très difficile à trouver"

Elle assure également avoir elle-même "demandé au préfet" d'intervenir à Villeneuve d'Ascq, en raison notamment des problèmes de sécurité qui pesaient sur les Roms. "En ce qui concerne Villeneuve d'Ascq, la situation ne pouvait plus durer. D'ailleurs les associations ne voulaient plus y travailler. Il y avait trop de difficulté de violence, d'insalubrité et la population riveraine n'en pouvait plus", a expliqué Martine Aubry, interrogée sur France Info.

"Nous avons demandé à ce que l'évacuation se fasse avec une réinstallation sur un autre terrain en dehors de la communauté urbaine et ça n'a pas été fait, sans doute parce qu'on était dans l'urgence", a indiqué Martine Aubry. Cette dernière propose par ailleurs des solutions de relogement pour les Roms. "Les terrains, c'est pas très difficile à trouver. L'Etat est propriétaire de terrains un peu partout. Nous allons trouver cette solution et nous espérons marcher main dans la main avec le préfet et avec l'Etat", a ajouté la maire de Lille.

Réunion interministérielle mercredi

Martine Aubry s'est enfin "réjouie" que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault "ait annoncé que la France allait (...) essayer de trouver dans les pays européens des soutiens pour dire à la Roumanie et à la Bulgarie qu'on ne peut pas être dans la communauté européenne et se comporter de cette manière-là". La maire de Lille a estimé que les Roms y étaient "persécutés".

Jean-Marc Ayrault doit présider mercredi une réunion interministérielle sur les Roms, où sera notamment évoquée la levée des mesures limitant leur accès au marché du travail.