Rocard a "sous-estimé le talent" de Valls

  • A
  • A
Rocard a "sous-estimé le talent" de Valls
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le mentor en politique du nouveau Premier ministre a eu "une surprise assez éblouie" à l'écoute de sa déclaration de politique générale.

Rocard ébloui par Valls. Michel Rocard ne tarit pas d’éloges sur son ancien collaborateur à Matignon, Manuel Valls. Invité de Mediapolis samedi sur Europe 1, celui qui fut le Premier ministre de François Mitterrand de 1988 à 1991 a avoué "une surprise assez éblouie" à l'écoute de sa déclaration de politique générale, soulignant avoir "sous-estimé le talent" de celui qui fut son conseiller il y a 25 ans. "Je le connaissais bien mais je ne l'ai jamais vu dans des circonstances aussi rudes et solennelles et je sous-estimais le talent qu'il a eu", a confié en toute franchise Michel Rocard.


"Là, il marque des points". "Pendant le discours de Manuel Valls, j'ai repéré de temps en temps, aux meilleurs moments, quand il proclamait sa fierté d'être français, lui né à l'étranger, une espèce de consternation dans les yeux de (certains) qui l'entendaient". Michel Rocard s’est alors dit au sujet du nouveau chef de gouvernement : "là, il marque des points tout de même, on ne peut pas le nier".

"Elargir la sélection". Michel Rocard a aussi regretté comme il l’avait déjà fait mardi matin sur Europe 1 qu’efficacité rime parfois avec précipitation. L’ancien Premier ministre avait jugé mardi "un peu fou" que le gouvernement de Manuel Valls ait été constitué "en moins de vingt-quatre heures". Lui-même, en 1988, avait dû constituer son équipe en trois jours - "j’avais aussi bien les médias et François Mitterrand sur le dos", a-t-il plaisanté, invité de Mediapolis. Si Manuel Valls avait eu plus de temps, le nouveau Premier ministre "aurait pu élargir le champ de la sélection" et "prendre le temps de consoler les non élus", a estimé son mentor en politique.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

RESUME - Valls obtient la confiance des députés

ANTISECHE - Le discours de Valls en cinq temps forts