Robert Ménard reste "un partenaire, un allié" du FN pour Nicolas Bay

  • A
  • A
Robert Ménard reste "un partenaire, un allié" du FN pour Nicolas Bay
@ REMY GABALDA / AFP
Partagez sur :

Pour le secrétaire général du Front national, Nicolas Bay, il ne faut pas se priver de la présence de Robert Ménard, dont la voix pourrait être écoutée par des électeurs des Républicains.

Le maire de Béziers Robert Ménard, qui a dû essuyer le départ de Marion Maréchal-Le Pen lors de ses "rendez-vous de Béziers" ce week-end, reste "un partenaire, un allié du Front national", a assuré lundi le secrétaire général du parti d'extrême droite, Nicolas Bay.

Apaiser après les tensions du week-end. "Robert Ménard, très clairement, est un partenaire, un allié du Front national", a assuré Nicolas Bay sur France Culture. La députée Marion Maréchal-Le Pen a rapidement quitté Béziers ce week-end après des déclarations de Robert Ménard expliquant ne vouloir être "le marche-pied de personne". Robert Ménard, élu maire de Béziers en 2014 avec le soutien du FN, avait annoncé mercredi la création du mouvement "Oz ta droite". "Il y a un certain nombre de propos qui ont été tenus et qui sont parfois un peu injustes à l'égard du Front national ce week-end à Béziers, y compris de la part de gens qui ont des exigences très grandes à l'égard du Front national mais qui n'ont pas forcément les mêmes exigences à l'égard des Républicains qui ont totalement échoué", a commenté Nicolas Bay lundi.

Ne pas se priver des électeurs de Ménard. Le FN veut "créer une dynamique des patriotes de soutien de la candidature de Marine Le Pen à la présidentielle". "Si Robert Ménard s'inscrit dans cette démarche, et jusqu'à présent c'est le cas, je crois qu'il peut avoir un rôle très utile notamment en s'adressant à ces électeurs qui sont encore dans l'orbite des Républicains", a poursuivi le député européen. "Nous souhaitons le rassemblement des patriotes sur l'essentiel : refuser les diktats de l'Union européenne, lutter contre l'immigration massive et incontrôlée, rétablir la sécurité en France en redonnant des moyens à la police, la justice et l'armée, et protéger notre économie".

Robert Ménard avait rassemblé ce week-end à Béziers plusieurs figures idéologiques majeures de l'extrême droite comme Alain de Benoist ou Renaud Camus, l'éditorialiste du Figaro Ivan Rioufol, Marion Maréchal-Le Pen mais aussi Jean-Frédéric Poisson, le président du Parti Chrétien Démocrate, associé aux Républicains.