Retraites : un geste pour les mères

  • A
  • A
Retraites : un geste pour les mères
@ REUTERS
Partagez sur :

Le coût de l'assouplissement de la réforme des retraites serait moins élevé qu'attendu.

Bonne surprise pour les mères de famille. Alors que le projet de loi sur les retraites ne devait concerner que les salariés qui ont déjà cotisé 41 ans et demi, les femmes ayant eu des enfants pourraient bénéficier de ce changement. Le ministre du Travail Michel Sapin a indiqué dimanche que peut-être "un peu plus d'avantages" pourraient être octroyés aux mères de famille ayant commencé à travailler à 18 ou 19 ans pour partir à la retraite à 60 ans.

1,5 milliard d'euro en stock

Un tel geste pourrait résulter du fait que, selon Bercy, le coût de l'assouplissement de la réforme des retraites du précédent gouvernement sera moins élevé qu'attendu pour les finances publiques. "Ce qu'il semble, c'est qu'en effet le coût annuel de la mesure sera moindre que ce qui était prévu", a déclaré le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, lors du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, confirmant des informations du Journal du Dimanche.

Les experts avaient en effet prévu un montant de 5 milliards d'euros pour financer la loi voulue par François Hollande sur les retraites, et finalement, ce projet pourrait coûter 1,5 milliards d'euro de moins. Une somme suffisante pour faire un geste supplémentaire vis-à-vis des grands perdants de la réforme des retraites de Nicolas Sarkozy : les chômeurs ou les femmes.

En discussion avec les partenaires sociaux

La promesse de François Hollande pourrait en effet être enrichie d'autres avantages - prise en compte de certains trimestres non cotisés mais seulement validés -, comme le souhaitent la plupart des syndicats. Dans ce dispositif est "pris en compte une partie des congés maternité", a rappelé Michel Sapin sur RMC et BFM-TV.

"La question qui peut se poser, et c'est au Premier ministre et à Marisol Touraine de décider, est de savoir si on accorde un petit peu plus d'avantages que celui qui existe aujourd'hui", a-t-il poursuivi, sans plus de précisions. "Voilà l'un des sujets qui est sur la table et qui est d'ailleurs discuté avec les partenaires sociaux", a-t-il dit.

Pour Pascale Coton, secrétaire générale de la CFTC, la priorité est en effet d'aider les femmes. "Il y a une difficulté pour les femmes de pouvoir cotiser 41 années, puisqu'elles interrompent leur carrière professionnelle pour avoir des enfants. Et ces trimestres, qui ne sont pas comptabilisés comme étant cotisés, les empêchent d'avoir les 41 années de cotisation, ce qui fait qu'elles en peuvent pas avoir leur retraite à 60 ans", déplore la syndicaliste au micro d'Europe 1.

Mieux comptabiliser les trimestres de maternité

"Il faut faire en sorte qu'on ait en effet la prise en compte d'un certain nombre de situations qui peuvent concerner des femmes, mais qu'on limite aussi le coût des choses, parce que j'ai le souci de ce qui se passera dans les années qui viennent", a déclaré de son côté Pierre Moscovici. Dans le dispositif "carrières longues", les périodes de chômage et les majorations pour enfants sont exclues et considérées comme des périodes "validées". Toutefois, la maladie, la maternité, l'incapacité à la suite d'un accident de travail peuvent être considérée comme des périodes cotisées, dans la limite de quatre trimestres.

Le gouvernement envisage donc de modifier son projet de loi afin de mieux comptabiliser les trimestres de maternité pour le calcul de leur retraite, et ainsi permettre aux femmes qui ont plusieurs grossesses, d'arrêter de travailler avant 62 ans, dès lors qu'elle auront suffisamment cotisé.