Retraites des fonctionnaires : "fantasme"

  • A
  • A
Retraites des fonctionnaires : "fantasme"
@ EUROPE 1
Partagez sur :

"Il n’y a pas une catégorie qui serait privilégiée", a insisté le socialiste Benoît Hamon.

Si le gouvernement va jusqu’au bout de son projet, et décide de relever le taux de cotisation pour la retraite dans le public, "il va falloir s’attaquer aussi aux salaires des fonctionnaires", a fait remarquer Benoît Hamon. Car pour le porte-parole du Parti socialiste, "on vit sur un fantasme, l’idée selon laquelle le niveau des retraites des fonctionnaires serait meilleur que celui du privé".

"Il n’y a pas une catégorie qui serait privilégiée", a insisté Benoît Hamon, pointant le risque d’une "fragilisation" des fonctionnaires. "On demande des efforts toujours aux mêmes, les salariés du privé comme du public", a-t-il résumé. Plaidant au passage pour une taxation du capital, comme le prévoit le projet du Parti socialiste.

Hamon loue le travail d'Aubry

Au lendemain du Conseil national du PS, Benoît Hamon a justifié le sursis accordé sur le non-cumul des mandats. "Il faut des transitions. Des successions, ça se prépare", a-t-il argumenté. Il a aussi appuyé l’idée de primaires tardives pour désigner le candidat à la présidentielle de 2012. "Tout le monde pourra se présenter, il n’y aura pas de mauvaise excuse", a-t-il précisé.

Au-delà, le porte-parole du PS a défendu l’action de la Première secrétaire Martine Aubry qui "fabrique non seulement un projet [en vue de la présidentielle de 2012, NDLR] mais aussi un parti". "Un parti politique, c’est une communauté. Dans une communauté, on discute. S’il n’y avait pas de débat, ça se saurait", a-t-il ironisé.