Retour aux fondamentaux pour Le Pen

  • A
  • A
Retour aux fondamentaux pour Le Pen
Marine Le Pen a qualifié Nicolas Sarkozy de "monsieur plus de l'immigration".@ Max PPP
Partagez sur :

La candidate du Front national a tenu un meeting à Strasbourg sur le thème de l'immigration.

Les nostalgiques de Jean-Marie le Pen doivent être rassurés. A l’occasion de son meeting à Strasbourg, la présidente du Front national a placé le thème de la sécurité au cœur de son discours. Auto-proclamée "candidate star-système", la candidate a plus que jamais parlé de ses thèmes emblématiques comme l’immigration, la sécurité et l’éducation.

"Tous les tabous que je brise au fil de mes discours sont des fondamentaux, mon projet est global", a juré Marine Le Pen, consciente qu'en parlant de l'immigration, les commentateurs politiques allaient analyser qu'elle faisait un "retour aux fondamentaux".

"J'ose aborder tous les sujets même ceux qui fâchent notre élite", a-t-elle commenté. Elle a ajouté devant les 2.000 militants et sympathisants réunis au palais des congrès de Strasbourg : "l'amour de la patrie est au cœur de la démarche".

Sarkozy, "le Monsieur plus de l’immigration"

Marine Le Pen n’a pas manqué, dès le début de son meeting, de fustiger les propositions de Nicolas Sarkozy. Dans une interview accordée au Figaro Magazine, le chef de l’État a en effet marqué un important virage à droite en proposant notamment un référendum sur la sécurité ou sur l’immigration.

Pour Marine Le Pen cette annonce est purement électoraliste. "Il utilise l'immigration comme un thème électoraliste, a-t-elle lancé. Moi je veux agir sur ce sujet comme sur les autres", a-t-elle déclaré. "Sarkozy, c'est le Monsieur plus de l'immigration", a ironisé la présidente du Front national.

"Les Français voient la réalité, jamais l'immigration n'a été aussi forte", a-t-elle poursuivi, en rappelant que Nicolas Sarkozy est en charge de ce dossier depuis "dix ans", d'abord comme ministre de l'Intérieur, puis comme président de la République.

"Nous supprimerons le droit du sol"

"L'immigration massive bouscule les Français dans leur identité. Elle les blesse dans leur culture. Elle les choque dans leur mode de vie" et selon elle, il est hors de question "que nous nous pliions aux exigences des derniers arrivés", a-t-elle ajouté, sous des applaudissements nourris.

Marine Le Pen a ainsi longuement développé le volet "immigration" de son programme. La candidate FN estime à "10.000" le nombre "incompressible" d'immigrants à "accueillir" chaque année en France. Elle souhaite d'abord qu'il s'agisse d'étudiants brillants et plus généralement "d'amoureux de la France". Elle veut également que "l’islam s’adapte aux principes de la République".

"Nous supprimerons le droit du sol", a poursuivi la candidate du FN sous un tonnerre d’applaudissement. Elle a également abordé la fin du regroupement familial.