Retenu le temps de la visite de Sarkozy

  • A
  • A
Retenu le temps de la visite de Sarkozy
@ MAXPPP
Partagez sur :

C’est ce qu’affirme un syndicaliste, écarté lors d’un déplacement du président dans l’Allier.

Il vient de déposer une plainte contre X pour "arrestation abusive". Frédéric Le Marrec, éducateur spécialisé, syndiqué à Sud-Santé-Sociaux, affirme avoir été détenu pendant cinq heures dans les locaux de la gendarmerie du Mayet-de-Montagne, dans l'Allier, afin de ne pas perturber une visite de Nicolas Sarkozy. Une information dévoilée mercredi soir par lemonde.fret confirmée jeudi par Europe 1.

Les faits remontent au 25 novembre. Alors que le chef de l’Etat participe à une table ronde dans la petite commune en compagnie d’agriculteurs, des gendarmes attendent Frédéric Le Marrec à la sortie de son travail et le conduisent au poste. Officiellement, ils lui reprochent un collage d’affiches réalisé la veille. Selon le syndicaliste, les gendarmes auraient en fait reçu l’ordre du préfet de le retenir, le temps de la visite de Nicolas Sarkozy, pour l’empêcher de manifester.

Le préfet aurait bien donné une instruction orale

"Deux policiers venus de Moulins m'ont interrogé sur le collage d'affiches du NPA la veille au Mayet. Puis j'ai demandé si j'étais en garde à vue, on m'a répondu que non mais on m'a déconseillé de partir", a déclaré Frédéric Le Marrec au Monde.fr . Le syndicaliste a finalement quitté la gendarmerie cinq heures plus tard, alors que le déplacement du président touchait à sa fin.

Le préfet de l'Allier, Pierre Monzani dément, quant à lui, "tout ordre explicite visant cette personne" qu'il affirme ne pas connaître personnellement". Les gendarmes l'ont emmenée alors qu'elle se trouvait sur un lieu où avaient été collées des affiches de façon illégale, c'est très banal", a-t-il déclaré. Comme pour tout déplacement présidentiel, les forces de l'ordre doivent prendre en compte tous les dangers potentiels" a-t-il ajouté dans une interview à La Montagne.

Selon les informations d’Europe 1, le préfet aurait bien donné une instruction orale afin que la visite de Nicolas Sarkozy ne soit pas perturbée. Les gendarmes du Mayet-de-Montagne ne souhaitent pas s’exprimer sur cette affaire.