Régionales : un sondage donne le FN victorieux dans le Grand Est

  • A
  • A
Régionales : un sondage donne le FN victorieux dans le Grand Est
@ PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

Florian Philippot (FN) pourrait sortir vainqueur d'une triangulaire avec Les Républicains et la gauche au second tour des régionales dans le Grand Est.

Le numéro deux du Front national Florian Philippot pourrait sortir vainqueur (35,5%) d'une triangulaire avec Les Républicains (34,5%) et la gauche (30%) au second tour des régionales dans le Grand Est, selon un sondage Elabe publié mardi.

Un point d'écart. Alors que de précédents sondages donnaient le frontiste au coude-à-coude avec Philippe Richert, candidat des Républicains en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes (ALCA) et président de la Région Alsace, Florian Philippot l'emporterait d'un point, avec toutefois une marge d'erreur de plus ou moins 3%, selon ce sondage réalisé pour Les Echos, Radio Classique et le promoteur immobilier Alila. En cas de retrait de la gauche au second tour, Philippe Richert l'emporterait avec 56% face à Florian Philippot (44%), une hypothèse toutefois exclue à ce stade par la tête de liste socialiste, le président de la région Lorraine Jean-Pierre Masseret.

Au premier tour, le FN devancerait de 6 points la liste LR-UDI-Modem de Philippe Richert (28% d'intentions de vote), et de 14 points la liste PS (20%). Jean-Pierre Masseret parviendrait à améliorer son score au deuxième tour de dix points dans l'hypothèse d'une fusion avec EELV et le Front de gauche, crédités respectivement de 5% des intentions de vote au premier tour.

Plus d'intentions de vote pour le FN. Par rapport aux précédents sondages réalisés dans la région, le FN marque une légère progression des intentions de vote au premier tour, tandis que Philippe Richert est en net recul: un précédent sondage BVA le donnait à 34% au premier tour. Le candidat du PS était alors seulement crédité de 17% d'intentions de vote au premier tour.

Le sondage a été réalisé entre les 26 et 30 novembre auprès de 1.000 personnes interrogées sur internet, selon la méthode des quotas.