Régionales : Marine Le Pen ne veut pas aller dans le Nord

  • A
  • A
Partagez sur :

LES SECRETS POLITIQUES - La présidente du Front national ne veut pas qu'on mette en scène une rivalité avec Marion Maréchal-Le Pen. Et surtout, elle est déjà tournée vers 2017.

Marine Le Pen est visiblement plus à l'aise à la soirée new-yorkaise du Time qu'en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Pressentie pour conduire la liste frontiste aux élections régionales de décembre prochain, la présidente du FN n'a en réalité pas du tout envie de se lancer dans la bataille.

Elle ne veut pas d'une histoire "Marine vs Marion". Quand on parle avec elle, Marine Le Pen décline sans hésiter toutes les raisons qu'elle a de ne pas être candidate. "La plume" qui a fait pencher la balance, selon son expression, c'est la désignation de sa nièce Marion Maréchal-Le Pen pour conduire la liste FN en région Paca. Elle sait parfaitement que si elle déclare à son tour sa candidature, les médias chroniqueront la rivalité entre les deux femmes. Une perspective qui la hérisse.

Tournée vers la présidentielle. Marine Le Pen préfère s'imaginer en locomotive de la campagne au niveau national et ne veut donc pas s'enfermer dans le combat sur un seul territoire. Surtout, son vrai sujet, c'est 2017. La patronne du FN pose la question sans attendre la réponse : "est-ce que le moment n'est pas venu pour moi de chapeauter la préparation de la présidentielle ?" Marine Le Pen veut prendre le temps, travailler ses réseaux, faire des visites à l’étranger.

Deux candidats sous le coude. Les troupes de la présidente du FN en Nord-Pas-de-Calais-Picardie lui mettent pourtant la pression. Et au sein du parti, d'autres cadres la poussent à se présenter, comme le sénateur-maire de Fréjus David Rachline, vendredi 17 avril sur Europe 1. Ne risque-t-elle pas de se voir reprocher de refuser le saut d'obstacle ? Marine Le Pen  a une réponse toute faite : elle pense à deux candidats possibles, des anciens du parti tout à fait capables de mener la campagne. Elle fera connaître sa décision à la fin du mois. Mais ses camarades du Nord feraient bien de se préparer à se passer d'elle. Et à la laisser voler vers sa deuxième candidature présidentielle.

>> LIRE AUSSI - Jean-Marie Le Pen est sorti de l'hôpital dimanche

>> LIRE AUSSI - Marine Le Pen ne veut pas exclure son père du FN

>> LIRE AUSSI - Hollande veut convaincre les électeurs du FN