Régionales : Maréchal-Le Pen "ne peut pas croire" à une candidature de son grand-père

  • A
  • A
Régionales : Maréchal-Le Pen "ne peut pas croire" à une candidature de son grand-père
@ http://www.europe1.fr/politique/marine-le-pen-face-au-casse-tete-de-son-pere-1366240
Partagez sur :

La tête de  du Front national aux régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur se souvient bien e la promesse de son grand-père de ne pas se présenter face à elle.

Jean-Marie Le Pen n'a pas fini de tracasser sa fille Marine, loin de là. Alors que le FN a toutes ses chances pour les régionales en Paca, "le Menhir" laisse entendre qu'il pourrait présenter une liste dissidente face à… sa nièce Marion Maréchal – Le Pen, alors qu'il l'avait assuré de son soutien il y a quelques mois. Un nouvel épisode dans la guéguerre que le fondateur du FN livre à l'actuelle direction. Marion-Maréchal Le Pen ne peut "pas croire" que son grand-père lui fasse cela.

Il y a "le feu au lac" en Paca. Pour justifier sa réflexion - "je vois des amis, je les consulte, nous échangeons des idées, nous imaginons des perspectives" -, Jean-Marie Le Pen assure qu'en Paca, son fief historique, il y a "le feu au lac" et "des remous dans toutes les fédérations".  D'où la tentation pour lui de se lancer et de mettre tout le monde d'accord, quitte à renier la promesse faite à sa nièce. "Je n'ai fait aucune promesse", réplique du tac au tac l'octogénaire. Marion-Maréchal Le Pen sera difficile à convaincre sur ce point.

iiiiiiiiiiii

Quand Le Pen faisait des promesses… Mardi, au lendemain des propos sibyllins de son grand-père, la jeune députée du Vaucluse est en effet venue lui rafraichir la mémoire sur France Info : "J'ai encore, moi, ses paroles il y a quelques mois de cela, notamment dans son communiqué de presse quand il soutenait ma candidature qui était pourtant sans équivoque. J'ai les mots sous les yeux. Il disait: 'je demande dans l'intérêt supérieur de la France de soutenir la candidature de Marion Maréchal-Le Pen'. Et il ajoute: 'je ne ferai rien qui puisse compromettre la fragile espérance de survie de la France que représente le Front national avec ses forces et ses faiblesses'.

"C'est peut-être une façon de faire monter les enchères". Marion Maréchal-Le Pen tire une conclusion de la lecture de ses archives : "je sais que Jean-Marie Le Pen est un homme de parole. Je suis sûr qu'il ne reviendra pas sur ses paroles". Un gentil coup de pression médiatique d'une jeune femme qui a dû s'émanciper de la tutelle de son grand-père, celui là même qui l'a convaincu de se lancer en politique, en 2012. Pas question pour elle d'être la victime collatérale du combat que se livre Marine et Jean-Marie, judiciaire et médiatique. "Je pense que cela restera sans suite. C'est peut-être une façon de faire monter les enchères, je ne sais pas, mais je ne peux pas croire qu'il fasse cela". Méthode Coué ?