Régionales : l'UMP inquiète du choix de Maréchal-Le Pen en Paca

  • A
  • A
Régionales : l'UMP inquiète du choix de Maréchal-Le Pen en Paca
Marion Maréchal - Le Pen @ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

REPORTAGE - Les cadres du parti et les électeurs craignent la candidature de la nièce de Marine Le Pen.

REPORTAGE

Marion Maréchal - Le Pen sera bien la tête de la liste du Front national en Provence-Alpes-Côte-D'azur aux prochaines élections régionales, à la fin de l'année. Après avoir demandé "un temps de réflexion" quand a éclaté la guerre interne le père et la fille, la jeune députée du Vaucluse a finalement décidé de se lancer et de remplacer son grand-père. Une décision qui n'emballe pas l'UMP, qui aurait préféré ferrailler avec "le Vieux".

"Elle peu faire fort, elle a pris du galon la petite". "Cela sera plus compliqué avec la petite fille. Elle a du charme, du talent et déjà un parcours politique exceptionnel", confie un proche de Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille. Marion Maréchal - Le Pen, qualifiée de "vive" et "intelligente" par ses adversaires UMP, inquiète également l'électorat de la droite "classique", bien conscient du risque qu'elle représente. "Elle peu faire fort, elle a pris du galon la petite… Vous avez vu dans le Vaucluse ce qu'elle a fait ? Plus jeune députée de France, une gamine…", juge un électeur UMP. "Elle met plus en confiance que son grand-père. Elle est plus fine que lui, plus hypocrite, plus maline", abonde une autre.

"Suicidaire de laisser tomber notre région aux mains du FN".Si l'image de Marion Maréchal- Le Pen, neuve en politique, peut jouer en sa faveur, la jeune élue va toutefois devoir "travailler ses fiches, car elle n'a aucune expérience pour gérer une collectivité locale", rappelle Ludovic Perney, président des Jeunes UMP des Bouches du Rhône. "Certes elle est jeune, certes elle est jolie, mais ça ne fait pas tout. Elle était candidate un jour, puis elle ne l'était plus, et aujourd'hui elle est redevenue candidate. Elle a eu la main qui a tremblé et moi je pense qu'une main qui tremble, ce n'est pas ce qu'il nous faut en Paca", attaque le jeune militant, avant d'ajouter : "ce serait suicidaire de laisser tomber notre région aux mains du Front national et de la PME Le Pen qui, finalement, n'a aucun projet. Pour Jean-Pierre Raffarin, invité mercredi d'Europe 1, "Estrosi est parti dans une campagne très active. Il a montré ses capacités personnelles en tant que maire de Nice. Il faut toujours considérer le FN comme dangereux".

L'UMP a une idée en tête. Mais même si l'UMP, officiellement, assure ne pas trembler, l'entourage de Christian Estrosi, la tête de liste de la droite en décembre prochain, travaille déjà sur ses thèmes de campagne. Avec notamment un axe de réflexion : l'image désastreuse, sur le plan touristique, que pourrait renvoyer une région pilotée par le FN.