Régionales : les militants PS ont validé les listes

  • A
  • A
Régionales : les militants PS ont validé les listes
Partagez sur :

Le PS a annoncé un vote massif en faveur des candidats proposés, y compris Georges Frêche en Languedoc-Roussillon.

A trois mois et demi des régionales, les militants du PS viennent de lancer concrètement leur parti dans la campagne. Jeudi, ils étaient appelés aux urnes pour ratifier les listes proposées dans chaque département pour ce scrutin. Sur les 200.000 militants, environ 95.000 ont voté. Et leurs bulletins ont confirmé les listes proposées entre 65 et 90%.

> Julien Dray reste persona non grata

Dans l'Essonne, la liste conduite par Carlos Da Silva a été adoptée "à plus de 70%". Exit donc Julien Dray, vice-président de la région d'Ile-de-France, visé par une enquête judiciaire, et écarté par son parti. Furieux de son éviction, le député Julien Dray, qui n'a pas présenté de liste alternative, lance une salve vengeresse sur son blog, vendredi : "Ce n'est pas moi qui ai pris le parti en otage", mais "le parti qui m'a pris, et s'est pris en otage, en adoptant un comportement incompréhensible à mon égard".

> Le casse-tête Frêche n'est pas résolu

En Languedoc-Roussillon, où Georges Frêche, président sortant mais exclu du PS pour ses multiples dérapages verbaux, se représentait et reste localement très influent, les listes ont été ratifiées très massivement "au dessus de 80% en moyenne". Un argument de poids. Mais le cas personnel de Georges Frêche n'est toujours pas tranché.

> Les revers

Les militants socialistes du Puy-de-Dôme n'ont pas validé la liste de René Souchon, actuel président de la région Auvergne. "Cette liste n'est pas la mienne. C'est une liste de compromis et je m'efforce de satisfaire des intérêts contraires (...) dans un département particulier, divisé", a pour sa part déclaré René Souchon, qui s'est dit toutefois "serein". Le PS a aussi enregistré un bémol en Ile-de-France : les "contre" sont majoritaires dans le XIIIème de Paris. La liste alternative menée par l'ancien ministre Jean Glavany dans les Hautes-Pyrénées a également été battue (42%).

Le 1er octobre, 92.000 adhérentsavaient déjà voté pour les têtes de liste régionales. 18 des 20 présidents sortants avaient été investis, de Jean-Paul Huchon en Ile-de-France, à Ségolène Royal, en Poitou-Charentes.

Après le vote de jeudi, la campagne des régionales sera véritablement lancée le 12 décembre à Tours, lors de la convention nationale de ratification des listes, en présence de la première secrétaire Martine Aubry. Après avoir conclu mercredi à Rennes son "Tour de France du projet",qui avait des allures de tour de chauffe pour la présidentielle, la maire de Lille a voté dans sa ville pour ratifier la liste socialiste du Nord.