Régionales : les écologistes esquissent leur plan de bataille

  • A
  • A
Régionales : les écologistes esquissent leur plan de bataille
Partagez sur :

"L'écologie politique, c'est le projet de demain", a lancé Cécile Duflot, la secrétaire nationale des Verts samedi aux Journées d'été d'Europe-Ecologie.

Après leur troisième place aux élections européennes, les dirigeants d'Europe Ecologie se sont réunis pendant trois jours à Nîmes pour leurs Journées d'été. Objectif ? Remporter un nouveau succès lors des régionales du printemps 2010.

Si l'atmosphère a été studieuse, l'euphorie de leur succès européen était encore palpable lors du rassemblement. "L'enjeu, c'est qu'on continue à faire émerger l'écologie politique comme réponse à la crise", a expliqué Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, qui se défend de toute "grosse tête" depuis le 7 juin où Europe-Ecologie a quasiment égalé le PS (16,28% contre 16,48%)."Peut-être l'an prochain, on n'applaudira pas nos 14 députés européens mais des présidents de région!", veut croire Cécile Duflot, qui ne cache plus son intérêt pour mener la liste en Ile-de-France.

Faut-il dans ces conditions faire alliance avec le PS ? Pas dans un premier temps comme en 2004, ont répondu de nombreux écologistes. Des listes autonomes du PS seront ainsi proposées partout au premier tour des régionales. "Au deuxième tour, on fusionnera avec le PS sur un projet à la proportionnelle des résultats du premier tour. Si on obtient 40% des voix de gauche au premier tour, on demandera 40% des sièges, sinon le PS perdra des régions" face à une droite de plus en plus rassemblée, a expliqué un responsable Verts. "Nous ferons campagne pour notre propre projet" mais "pas contre le PS", tempère cependant Daniel Cohn-Bendit qui s'est rendu samedi aux ateliers d'été de Vincent Peillon.

Il faudra "rester souple et inventif", a plaidé la secrétaire nationale des Verts. Et Daniel Cohn-Bendit de proposer une "souscription nationale", espérant récolter "un million d'euros" d'ici Noël. Selon lui, en effet, "il faut arrêter de penser petit" quand "on fait 16,3%".

> José Bové : pas d'alliance prévue avec le MoDem