Rama Yade, la mue du "bébé Sarko"

  • A
  • A
Rama Yade, la mue du "bébé Sarko"
@ MAXPPP
Partagez sur :

Son départ de l’UMP marque son émancipation politique plus qu’une rupture avec son mentor.

Rama Yade, symbole de la "diversité" promue par Nicolas Sarkozy, prend ses distances avec son mentor. L’ancienne secrétaire d’Etat a annoncé vendredi qu’elle quittait l’UMP. Un départ calculé et réfléchi mais qui ne marque pas pour autant une rupture définitive avec celui qui l’a fait naître sur la scène politique, estime Mariette Sineau*, directrice de recherche CNRS au CEVIPOF et à Sciences Po.

Du "bébé Sarko au bébé Borloo"

"Elle a fait un pas supplémentaire dans son émancipation vis-à-vis de l’UMP et de Nicolas Sarkozy", analyse la chercheuse pour Europe1.fr. "Désormais, elle joue la carte Borloo. Elle a changé de mentor en quelque sorte", souligne-t-elle.

Un choix minutieusement calculé par l’ancienne secrétaire d’Etat dont le CV politique est encore assez faible. "S’inscrire dans le sillage de Jean-Louis Borloo, éventuel candidat à la présidence, c’est pour Rama Yade se procurer une tribune et une existence politique", analyse Mariette Sineau.

Yade, l’atout popularité de Borloo

Mais Jean-Louis Borloo a aussi tout à gagner en obtenant le soutien de Rama Yade. Très populaire auprès des Français la jeune femme représente un atout de taille pour les centristes. "Avec sa forte popularité auprès des Français, son franc-parler et sa "gouaille" Rama Yade apportera de l’éclat au parti de Jean-Louis Borloo", estime la politologue, ajoutant que c’est désormais auprès de l’ancien ministre de l’Ecologie "que l’ancienne secrétaire d’Etat va tenter d’étoffer son profil politique".

Outre le "plan de carrière" que semble lui offrir ce rapprochement avec le centriste, Rama Yade est aussi plus en phase avec ses propres convictions. Aujourd’hui ambassadrice à l’Unesco, "Rama Yade se sentira peut-être plus à l’aise avec les centristes qui sont plus attentifs aux thèmes qui lui sont chers tels que l’immigration ou encore les droits de l’Homme", estime Mariette Sineau, précisant qu’il reste "toujours difficile de démêler la part de convictions de celle de stratégie personnelle", dans les choix opérés par Rama Yade, soucieuse de se construire une carrière sur le plan national.

*Mariette Sineau est auteur de La Force Du Nombre - Femmes Et Démocratie Présidentielle, éditions de l’Aube.