Rafle du Vél d'Hiv : Macron "entraîne dans sa repentance tous ceux qui ont résisté", déplore Gilbert Collard (FN)

  • A
  • A
Partagez sur :

Gilbert Collard, député FN du Gard, a regretté qu'Emmanuel Macron englobe tous les Français dans sa déclaration sur la responsabilité de la France dans la rafle du Vél d'Hiv.

Lors de la commémoration de la rafle du Vél d'Hiv, Emmanuel Macron a rappelé dimanche la responsabilité de la France dans la déportation en 1942 de quelque 13.000 personnes de confession juive, en présence du Premier ministre israélien. Gilbert Collard, député FN du Gard, a regretté sur Europe 1 que le président ait englobé toute la France dans sa déclaration. "Ce faisant, il critique le général de Gaulle et François Mitterrand et de nombreux historiens qui ont dit exactement la même chose", a déclaré Gilbert Collard, ajoutant que "la rafle du Vél d'Hiv est une ignominie qui entache notre Histoire". 

"Mon père n'était pas la France du Vél d'Hiv". "Il faut se rappeler qu'André Malraux avait déclaré, lorsque Jean Moulin est entré au Panthéon, qu'il fallait regarder ce visage car il est le visage de la France. Les historiens sont divisés mais moi je n'arrive pas à considérer que mon père, qui était résistant, était la France du Vél d'Hiv", a ajouté le député frontiste. "En se repentant, (Emmanuel Macron) entraîne dans sa repentance tous ceux qui ont résisté, tous ceux qui ont été torturés, tous ceux qui n'ont pas collaboré, et tout cela me paraît injuste", a-t-il conclut.