Qui veut la place de Martine Aubry ?

  • A
  • A
Qui veut la place de Martine Aubry ?
François Rebsamen et Martine Aubry@ MAXPPP
Partagez sur :

Désir, Rebsamen, Cambadélis et Gorce sont dans les starting-blocks.

Martine Aubry ne devrait passer la main qu’en octobre, mais déjà les candidatures pour reprendre son fauteuil de première secrétaire du PS s’accumulent. Ainsi, en l’espace d’un dimanche, deux nouveaux candidats - Harlem Désir et François Rebsamen - sont entrés directement ou indirectement dans la course pour prendre le poste de patron du parti.

La maire de Lille a, elle, promis mardi qu’elle ne se représenterait pas, soulignant que "le travail a été fait : la rénovation, le projet, les accords avec les partenaires, toutes les élections gagnées" et les "primaires réussies". Qui pourrait prendre sa place ? Qui a ses chances ? Revue de détails.

Harlem Désir, les ambitions du n°2

27.05 politique Harlem Désir 930x620

© Europe 1

Ce qu’il a annoncé  -  Harlem Désir, numéro deux du parti, ne tergiverse plus. Dimanche, invité du Grand Rendez Vous d’Europe 1, il s’est déclaré ouvertement candidat : "Je n'ai pas caché que j'étais à la disposition des militants socialistes, que j'étais prêt s'ils le décidaient, lors du congrès qui doit avoir lieu à l'automne, à être le premier secrétaire du Parti socialiste".

Ses chances -  Proche de Bertrand Delanoë et de Martine Aubry, l’ancien président de SOS Racisme dispose de larges soutiens au PS. A l’exception faite des "Hollandais". Ainsi, dimanche sur Canal +, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem s’est montrée très circonspecte alors qu’on l’interrogeait sur cette candidature et un éventuel soutien. "Nous verrons, nous verrons. Chaque chose en son temps", a répondu la ministre, en précisant qu'elle était "la porte-parole du gouvernement et pas du Parti socialiste".

François Rebsamen, le candidat de Hollande

17.01 François Rebsamen 930x620

© Reuters

Ce qu’il a annoncé - Pour l’instant, le sénateur-maire n’a rien dit de son ambition pour la tête du parti. Mais selon Le Bien public de Dijon, "il se serait bien porté candidat pour prendre la direction du PS".

Ses chances - Pas encore candidat et déjà favori ? Selon le Journal du Dimanche, François Rebsamen, proche de François Hollande, aurait le soutien du président de la République, ce qui le placerait de facto en position de force. Déçu de ne pas avoir été nommé au gouvernement, le président du groupe PS au Sénat connaît bien les élus socialistes et pourrait se laisser tenter alors que les sénatoriales de 2014 s’annoncent défavorables à la gauche.

Jean-Christophe Cambadélis, presque candidat

jean christophe cambadelis

© MAXPPP

Ce qu’il a annoncé - Comme Harlem Désir, Jean-Christophe Cambadélis a déjà posé des jalons. Vendredi dernier, invité de LCI, il faisait part de ses ambitions. "J'ai dit que je serai candidat le moment venu. Bon ce n'est pas le moment : on ne va pas faire comme Monsieur Fillon et Monsieur Copé, s'engager dans une polémique. La question se posera après les législatives", avait alors assuré le député du 20e arrondissement. Il a précisé qu'il donnerait sa réponse officielle en septembre

Ses chances - Soutien de Hollande en 2005, soutien d’Aubry en 2007, Jean-Christophe Cambadélis fût proche de Lionel Jospin, puis bras droit de Dominique Strauss-Kahn. Lors de la primaire socialiste, le secrétaire national à l'Europe et à l'International a décidé après la défection de son champion de soutenir Martine Aubry, sans pour autant être considéré comme un aubryiste. Il est aujourd’hui plus isolé qu’un Harlem Désir ou un François Rebsamen.

Gaëtan Gorce, le challenger

GORCE930

Ce qu’il a annoncé - Au lendemain de la composition du gouvernement, Gaëtan Gorce, sénateur PS de la Nièvre n’avait pas caché de disputer la bataille pour la tête du PS. Ainsi le 17 mai, il confirmait au Lab d’Europe 1, son intention d’être : J'y réfléchis, et j'ai bien l'intention de poser la question du renouvellement. Celle-ci a été traitée dans la composition du gouvernement, elle doit l'être au Parti".

Ses chances - Proche de Ségolène Royal qu’il avait soutenue au Congrès de Reims, Gaëtan Gorce – député puis sénateur, a déjà un bureau à Solférino puisqu’il est secrétaire national en charge de l'exclusion. Il a notamment initié le mouvement des Rénovateurs au sein du parti, avec notamment Manuel Valls, désormais au gouvernement. Mais 54 ans, il pâtit de son déficit de notoriété. 

Le congrès du PS aura lieu à l'automne, probablement au mois d'octobre.