Qui veut d'un grand débat entre candidats ?

  • A
  • A
Qui veut d'un grand débat entre candidats ?
@ Tim Somerset Crédit: MAXPPP
Partagez sur :

TOUT EST DIT - La proposition lancée par Dupont-Aignan fera-t-elle l'unanimité ? Mélenchon et Bayrou auraient déjà dit oui. 

Tous les matins, Laurent Guimier et la rédaction d'Europe 1 sélectionnent pour vous le meilleur des déclarations et des petites phrases politiques du jour.

C’est l’idée du jour et elle est signée Nicolas Dupont-Aignan. Le président de Debout la République réclame une confrontation avec les neuf autres candidats à la présidentielle. Pour l'heure, aucun média n'a prévu d'organiser un grand débat avant le premier tour. Du coup, le gaulliste a décidé de prendre les choses en main. Cet après-midi, il enverra une invitation aux autres présidentiables pour savoir s'ils acceptent de se retrouver sur le même plateau. Sur iTélé, Nicolas Dupont-Aignan a affirmé que Jean-Luc Mélenchon et François Bayrou ont d'ores et déjà accepté l'invitation. On y croit !

En attendant, les duels se poursuivent. Ce vendredi, c'est au tour des écolos et du Front de Gauche. Sur Europe 1, Daniel Cohn-Bendit tire à boulets rouges sur Jean-Luc Mélenchon. L'eurodéputé le trouve ringard. Au micro de Bruce Toussaint, il compare l'engouement Mélenchon à la nostalgie Claude François.

Sans surprise, l'affaire Merah continue d’alimenter la campagne. Et c'est un sujet qui inspire particulièrement Jean-Marie Le Pen. Dans une vidéo dénichée par Guy Birenbaum, l’ancien président du Front National décrypte l’actualité. Jean-Marie Le Pen y parle de Mohamed Merah et le compare aux “fellagha”, les Tunisiens et Algériens qui ont combattu pour l’indépendance de leur pays.

Olivier Besancenot aimerait bien qu'on arrête de parler de Toulouse. Celui qui a cédé sa place à Philippe Poutou dénonce le climat qui règne en France depuis la tuerie. Sur iTélé, il estime que la campagne présidentielle se transforme en "émission prolongée de Faites entrer l'accusé". 

Quelques heures après son passage à la télé, Besancenot était dans une crêperie du XIIIème arrondissement de Paris. Très remonté, il a de nouveau évoqué l'émission des faits divers tristement célèbres. Même s'il n'est plus candidat, Olivier Besancenot n'a pas perdu le sens de la formule. Si Philippe Poutou parle de “Faites entrer l’accusé”, vous saurez d’où ça vient !

"On va voir si les autres sont des peureux ou des courageux" (Nicolas Dupont-Aignan) :