Quand un élu de Paris s'estime trop payé

  • A
  • A
Quand un élu de Paris s'estime trop payé
@ AFP
Partagez sur :

Yann Wehrling, porte-parole du MoDem, élu du 15e arrondissement et au conseil général, juge ses indemnités trop importantes par rapport à l'investissement qu'impliquent ces fonctions.

Un élu qui s'estime trop payé, voilà une sortie plutôt rare dans la sphère politique. C'est pourtant la position défendue par  Yann Wehrling, le porte-parole du MoDem. Elu du XVe arrondissement et de la capitale, il juge que ses indemnités cumulées sur ces deux fonctions, soit 2.700 euros, sont disproportionnées par rapport aux contraintes qu'elles impliquent. Il s'en est expliqué jeudi au micro d'Europe 1.

"Cela ne justifie pas 3.000 euros par mois". "On est conseiller général et conseiller municipal en même temps. Et pour chacun de ces mandats,  on touche 1.000 euros pour l'un et 1.700 euros pour l'autre", détaille Yann Wehrling.  "Cela nous amène à avoir trois jours de conseil de Paris par mois et une demi-journée de réunion de commission. En faisant très bien son travail, cela nous prend une semaine de travail par mois : cela ne justifie pas de gagner 3.000 euros par mois", argue l'élu.

"Une réflexion sur le nombre d'élus". "On siège dans des sociétés d'économie mixte qui rémunèrent parfois les élus qui y siègent, avec des montants très variables. Soit c'est 0, soit cela peut monter jusqu'à 6 ou 7.000 euros par an. Encore une fois, je pense que ce n'est pas justifié", poursuit-il. "Je ne dis pas que certains élus ne s'investissent pas comme des fous et qu'ils ne travaillent pas plus… et ceux-là me critiqueront dans ce que je dis. Mais je pense que nous avons une vraie réflexion à avoir sur le nombre global d'élus en France, les moyens qu'on leur donne pour bien faire leur travail. S'il y en avait moins et un peu moins bien payés, ce ne serait pas plus mal", conclut Yann Wehrling.