Quand Sarkozy s'autoproclame "DRH" du PS

  • A
  • A
Quand Sarkozy s'autoproclame "DRH" du PS
Partagez sur :

"Strauss-Kahn ? A Washington ! Kouchner ? Avec nous ! Jack Lang ? Avec moi !", s'est vanté mardi le président en visite en Alsace.

La scène, dont le site internet Le Post dévoile les images mercredi, a été filmée mardi lors d’un déplacement de Nicolas Sarkozy en Alsace. Après la table ronde officielle, le président de la République a participé à une réunion, à huis-clos, avec des militants UMP. A la tribune, il défend l’ouverture à gauche et se présente alors comme le "directeur des ressources humaines" du Parti socialiste.

"Je n'ai pas besoin de l'ouverture. Je l'ai faite, cette ouverture, parce que je pense que la France est un pays qui a besoin qu'on lui rappelle la nécessité de la tolérance. C'est un pays, notre pays, qui n'a pas besoin du sectarisme. C'est un pays qui doit s'ouvrir. Et vous savez, au fond, ce qui manque au Parti socialiste ? C'est d'un directeur des ressources humaines. [Rires] Ils ont des talents, ils ne savent pas s'en servir. Franchement. Donc, j'ai choisi d'être leur directeur des ressources humaines", assène Nicolas Sarkozy.

Et sous les rires et les applaudissements de la salle, le président de la République égrène, de façon théâtrale : "Strauss-Kahn ? Strauss-Kahn ? A Washington! Kouchner ? Avec nous ! Jack Lang ? Avec moi ! Vous savez, une formation politique qui a des talents pareils et qui choisit Martine Aubry ou Ségolène Royal..."

Un argumentaire destiné à resserrer les rangs des militants UMP. "Pour nous mes chers amis, les attaques et les bisbilles ont construit deux septennats de François Mitterrand", met en garde Nicolas Sarkozy.

Ce n’est pas la première fois que Nicolas Sarkozy se présente ainsi en "directeur des ressources humaines du PS".Le Posta retrouvé des images d’une allocution du chef de l’Etat en août 2007, lors de l’université d’été du Medef. Il saluait alors le travail de Jacques Attali. "Au fond peut-être que je suis celui qui sait le mieux exploiter les richesses humaines du Parti socialiste [applaudissements]. Ils ont des gens très bien, ils ne les utilisent point [pause]. Dans une autre vie, je pourrais faire directeur des ressources humaines", s'était-il vanté à l’époque.

L’ouverture à gauche est une des marques de fabrique politiques revendiquées par Nicolas Sarkozy. Jacques Attali, ancien conseiller spécial de François Mitterrand, a présidé une commission sur la croissance. Jack Lang, ministre de la Culture du même François Mitterrand, a lui fait partie d’une commission sur la modernisation des institutions et a été nommé émissaire spécial à Cuba. Bernard Kouchner, ministre de plusieurs gouvernements socialistes, est à la tête des Affaires étrangères.

Dans la liste présentée par Nicolas Sarkozy, il y a cependant un cas à part : Dominique Strauss-Kahn, ancien ministre de l’Economie de Lionel Jospin, est depuis 2007 le directeur du Fonds monétaire international, une nomination qui ne dépend pas directement de l'Elysée.