Quand les candidats donnent de leur voix

  • A
  • A
Quand les candidats donnent de leur voix
@ REUTERS
Partagez sur :

ZOOM - Europe1.fr s'est penché sur cet organe si précieux en temps de campagne présidentielle.

Meetings quasi-quotidiens, émissions de radio et de télé, rencontres avec les Français, les candidats à l’élection présidentielle n’arrêtent jamais de parler. Pour gagner des voix, ils doivent donner… de leur voix, encore et toujours. Au risque de fatiguer sérieusement leurs cordes vocales. François Hollande, pour ne citer que lui, en fait les frais régulièrement. 

Alors, comment les candidats ménagent-ils leur organe ? Quels sont leurs petits secrets ? Que font-ils avant d’entrer en scène ? Europe1.fr a posé la question à l’entourage des principaux prétendants à l’Elysée, Nicolas Sarkozy, François Hollande, François Bayrou, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Et a demandé au coach vocal Jean Sommer d'analyser les atouts et les faiblesses de chacune de ces voix.

HOLLANDE CARBURE AU MIEL

Comment il gère sa voix. Le candidat socialiste tire un peu trop sur ses cordes vocales. Mercredi soir, les observateurs politiques ont d'ailleurs relevé dans leurs commentaires sa voix cassée, lors de son meeting à Marseille. François Hollande avait "une voix caverneuse et éraillée", a écrit le journaliste du Monde Thomas Wieder sur son compte Twitter. A Orléans, le 9 février, la voix du candidat avait aussi marqué de sérieux signes de fatigue. François Hollande est bien conscient du problème : invité de la matinale d’Europe 1, le 7 mars, il avait confié : "ma voix est cassée aujourd’hui".

Hollande a la voix cassée au meeting d'Orléans, le 9 février :









"Depuis janvier, il fait beaucoup beaucoup de prises de parole", justifie Bruno Le Roux, l’un de ses porte-parole. "François pousse sa voix, cela fait partie de sa personnalité mais forcément, ça tire un peu sur les cordes vocales", concède son lieutenant. La consultation d’un coach vocal n’est pas à l’ordre du jour. Mais le candidat socialiste "fait plus attention qu’au début de sa campagne", souligne Bruno Le Roux. "Désormais, dans les deux, trois heures qui précèdent un meeting, François veille à laisser reposer sa voix. Avant ses discours, on ne lui organise plus de rencontres avec le public pour éviter qu’il force dessus", précise son porte-parole. Pour soigner sa gorge, le candidat socialiste carbure au miel. "Il est toujours adepte d’une cuillerée de miel", confie son lieutenant. "Ca lui redonne de l’énergie", précise t-il.

L’avis de l’expert. François Hollande a encore "beaucoup de travail", dixit le coach vocal. Le candidat socialiste, qui a régulièrement la voix éraillée, force beaucoup trop. "Il ne sait pas se servir de sa voix", tranche Jean Sommer. "Il ne prend pas le temps de la respiration, ni le temps de la diction, nécessaire pour être pédagogue", explique l'expert en voix. Par ailleurs, François Hollande essaie trop d'imiter François Mitterrand dans ses discours, selon le coach vocal. (Ecoutez sur Rue89 des extraits audio comparant les voix des deux leaders socialistes). "Il essaie de donner le même rythme à ses discours. Mais la cadence de la voix de François Mitterrand n'est pas adaptée à François Hollande", estime le coach. Pour éviter qu'il ne se casse trop souvent la voix, Jean Sommer conseille au candidat socialiste à la présidentielle "d'économiser sa voix".

SARKOZY N'OUBLIE JAMAIS SON ÉCHARPE

Comment il gère sa voix. Dans l’entourage de Nicolas Sarkozy, on assure que le candidat président ne prête pas plus attention que cela à sa voix. "Il  porte toujours une écharpe quand il sort, c’est tout", confie Franck Louvrier, son conseiller en communication. Avant une réunion publique, Nicolas Sarkozy relit son discours, corrige et recorrige … mais en silence. "J’ai été 200 fois dans sa loge avant un meeting et je ne l’ai jamais vu chauffer sa voix ou répéter son discours à voix haute", assure Isabelle Balkany, l’amie du président.

L’avis de l’expert. "C'est une voix sous contrôle, une voix professionnelle", précise le coach. "Sarkozy sait en jouer. Sa voix est toujours calme et sereine", note Jean Sommer. Contrairement à sa gestuelle, la voix du président candidat ne dévoile jamais une ombre de nervosité. "Il utilise vraiment sa voix comme une arme. Il est capable de masquer une certaine impatience ou son irritabilité avec sa voix", estime l'expert.  

MÉLENCHON CHANTE DU BRASSENS

Comment il gère sa voix. Jean-Luc Mélenchon bichonne sa voix avec le même professionnalisme qu’un chanteur. "On s’explose les cordes vocales dans les meetings et j‘ai souvent la voix cassée", confiait le candidat du Front de gauche, le 12 mars, lors de sa matinale sur Europe 1. Avant de monter sur scène, Jean-Luc Mélenchon, qui ne cache pas son goût pour l’art oratoire, répète à voix haute son discours. Place ensuite à l’échauffement des cordes vocales. Le candidat module sa voix en chantant par exemple Au bois de mon cœur, un classique de Georges Brassens.
 
Lors de son premier meeting de campagne, place Stalingrad, à Paris, le candidat prépare son discours en chantonnant. Regardez-le dans l’épisode 1 de la web-série réalisée par le Front de gauche (le passage est à 2’45)

Mélenchon chantonne en faisant les 100 pas :





 





Avant ses passages télé ou radio, le tribun a aussi ses habitudes. Jean-Luc Mélenchon ne chante pas mais fait quelques exercices respiratoires. "Il balance ses épaules en arrière pour s’étirer le thorax", explique son directeur de la communication, Arnaud Champremier-Trigano. Regardez-le faire avant son passage à Des paroles et des Actes (le passage est à 5'50).
 
 En coulisses, Mélenchon fait ses exercices :



 





 
L’avis de l’expert. Pour Jean Sommer, cela ne fait aucun doute. Jean-Luc Mélenchon se place au-dessus de la mêlée, rayon voix. "Il aime la langue et il aime être regardé", note le coach, qui compare le candidat du Front de gauche à un acteur. "C'est le candidat qui vit le plus ce qu'il dit", indique l'expert. "Sa voix rebondit dans l'instant. Elle passe du lyrisme au murmure en quelques secondes. Il est excellent en jeu de voix", conclut Jean Sommer. 

BAYROU RÉCITE DU PÉGUY

Comment il gère sa voix. François Bayrou a d’abord "une excellente hygiène de vie", selon son entourage. Avant ses meetings ou son passage dans les télés et radios, le candidat du MoDem, qui a dû se battre enfant contre le bégaiement, travaille sa diction. "Quand il fait des tests de micro, il récite quelques vers de Châteaux de Loire du poète Charles Péguy", confie Jean-François Martins, directeur de communication du MoDem.
 
Voici quelques extraits : 

Le long du coteau courbe et des nobles vallées
Les châteaux sont semés comme des reposoirs,
Et dans la majesté des matins et des soirs
La Loire et ses vassaux s'en vont par ces allées.
 
L’avis de l’expert. Ancien bègue, François Bayrou porte "une attention particulière à sa voix", fait remarquer Jean Sommer. "Du coup, il s'auto-corrige en permanence", souligne le coach. Le candidat du MoDem a une voix "constante, égale", selon l'expert. Une qualité qui peut vite se transformer en défaut. "Il est dans l'égalité de ton", juge Jean Sommer. Le risque ? Une certaine monotonie et un décrochage de son public.

LE PEN COMPTE SEULEMENT SUR SA VOIX

Comment elle gère sa voix. Comme Nicolas Sarkozy, la voix n’est pas "un sujet de préoccupation" pour Marine Le Pen , indique le vice-président du Front national Louis Aliot. Avant ses meetings, elle relit ses discours en silence. Pour son compagnon, la candidate du FN n’a pas besoin de ménager ses cordes vocales. "Sa voix est un don, comme l’était celle de son père. Marine est reconnaissable par sa voix particulière", assure Louis Aliot.
 
L’avis de l’expert. "Marine Le Pen a une voix puissante", juge le coach vocal Jean Sommer. A 38 jours du premier tour de la présidentielle, la candidate du Front national peut encore "gagner en féminité", estime le coach, en se lâchant un peu plus. "Comme son père, Marine Le Pen a une voix placée derrière les dents, encore un peu trop contenue", souligne le spécialiste.