Quand Jean Sarkozy côtoyait Colonna

  • A
  • A
Quand Jean Sarkozy côtoyait Colonna
@ REUTERS
Partagez sur :

Une biographie du fils cadet du président révèle qu’il a fréquenté Yvan Colonna et ses proches.

"Yvan Colonna. Jean le connaît. C'est un voisin. Il a même joué au foot avec lui." Voilà ce qu'affirme Jean-Marc Philibert dans son ouvrage "Jean Sarkozy, le fils doré", à paraître jeudi. Le journaliste met en lumière les relations qu’entretenait le fils cadet du président avec l’assassin du préfet Erignac, via une amitié avec son fils.

"Tout le monde se connaît"

"A Sagone, l'été, le berger organise des tournois sur la place où Pierre (le fils aîné du président, ndlr) et lui retrouvent parfois son fils, Jean-Baptiste", écrit Jean-Marc Philibert en évoquant la jeunesse de Jean Sarkozy. "Les jeunes se rejoignent ensuite à la terrasse de Dolci, le glacier-pâtissier installé juste en face de la villa Ros'Hen (la maison des grands-parents de Pierre et Jean, ndlr). Le patron, Pierre Geronimi, n'est autre que le fils du boulanger de Vico avec qui Nicolas Sarkozy partait en tournée. Il est aussi le compagnon de Christine, la soeur d'Yvan Colonna. Tout le monde se connaît et se fréquente. Un véritable concentré de la complexité insulaire."

L'auteur précise dans ce chapitre consacré à "l'affaire Colonna" que le fils de l'ex-ministre de l'Intérieur (dont la première épouse, mère de Pierre et Jean, est d'origine corse) a continué à fréquenter le fils d'Yvan Colonna alors que ce dernier était en cavale, recherché par toutes les polices pour l'assassinat du préfet de Corse Claude Erignac en 1998.

Même pendant la cavale…

"Jean voit toujours Jean-Baptiste à la plage ou chez le glacier lorsqu'il vient rendre visite à sa tante. Il sait bien sûr qui il est mais, lorsqu'on est adolescent, on se moque de ce que font ou pensent les parents. Les deux garçons continuent donc de se fréquenter sous l'oeil des gendarmes et des agents de Renseignements généraux qui quadrillent la région", poursuit le journaliste.

Son frère aîné Pierre n'est pas en reste. Début 2000, il effectue un stage de berger chez un associé d'Yvan Colonna, rappelle Jean-Marc Philibert. L'année suivante, c'est au tour de Jean d'effectuer un stage dans une bergerie à Vico, le village familial de sa mère, chez Jean-Pascal Armani. "Pas de chance : lui aussi est proche des milieux nationalistes. C'est même un ami d'Yvan Colonna qu'il connaît bien", précise l'auteur.

Lorsque Nicolas Sarkozy devient ministre de l'Intérieur en 2002, il place sa famille sous protection rapprochée en Corse. Et le jour de l'arrestation d'Yvan Colonna, le 4 juillet 2003, mère et fils seront "discrètement rapatriés sur le continent en pleine nuit par avion spécial", écrit le journaliste.