Quand Hollande s'invite à l'apéro des sénateurs

  • A
  • A
Quand Hollande s'invite à l'apéro des sénateurs
@ Reuters
Partagez sur :

INFO E1 - Le chef de l'Etat a pris la parole pour défendre la loi Macron et appelé au rassemblement de la gauche avant les élections de 2015.

L'INFO. François Hollande cajole les élus de la majorité. Mercredi soir, le chef de l'Etat a dîné à l'Elysée avec dix députés socialistes, comme il le fait régulièrement depuis quelques mois. Chose plus rare, ces parlementaires pouvaient venir avec l'invité de leur choix. Et avant de recevoir tout le monde, François Hollande s'était offert, selon les informations d'Europe 1, un petit apéritif avec les sénateurs.

>> LIRE AUSSI - Immigration : les réponses de Hollande à Sarkozy

Didier Guillaume 640

Des sénateurs surpris. Mercredi 17 décembre, 19h50. Le salon Boffrand du palais du Luxembourg est plein à craquer. Quelque 90 sénateurs socialistes, verts et radicaux partagent le pot de fin de session avant Noël. Manuel Valls et dix ministres sont présents. Quand soudain, à la surprise générale, François Hollande fait son entrée. Seul Didier Guillaume, le patron des sénateurs socialistes, (photo)était au courant.

La loi Macron au programme. Le secret avait été si bien gardé que même les ministres sont restés bouche-bée quelques instants. Passé ce moment de stupeur générale, le chef de l'Etat a pris la parole pendant 30 minutes, durant lesquelles il a défendu bec et ongles la loi Macron. Puis il a appelé tout le monde au rassemblement, à l'unité, seule option pour éviter une lourde gifle lors des élections départementales de mars prochain.

>> LIRE AUSSI - La discrète balade dominicale de Hollande

Larcher sur le perron. "C'était une bonne séance de mobilisation des commerciaux socialistes", raconte un sénateur présent. Même si la Haute chambre est repassée à droite en septembre dernier, François Hollande sait qu'il aura besoin d'elle. Réforme du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), indépendance du parquet, statut pénal du chef de l'Etat sont autant de projets auxquels le Président tient et qui nécessitent une majorité des trois cinquièmes en congrès. Le Sénat aussi a conscience de son poids politique. Ce n'est pas pour rien que son président en personne, Gérard Larcher, est venu accueillir le chef de l'Etat, mercredi soir.