Quand Aliot traite une journaliste de "p…"

  • A
  • A
Quand Aliot traite une journaliste de "p…"
@ MAXPPP
Partagez sur :

FAIL - Le vice-président du FN pensait s’adresser à un ami, mais il a envoyé un SMS injurieux à… la journaliste concernée.

L’INFO. C’est ce qu’on pourrait appeler une grosse boulette… Louis Aliot, tête de liste du Front national à Perpignan, n’a pas apprécié le contenu d’un article paru dans le journal local L’Indépendant, et a souhaité le raconter à l’un de ses amis en des termes pas franchement élégants. Problème : il a envoyé ce SMS à la journaliste auteur de l'article en question...

Pas content d’un article, donc…"Je viens de signifier à cette pute de M. (Louis Aliot cite ici le nom de la journaliste, Ndlr) que dimanche je ne me déplacerai pas dans sa boutique. Elle courra derrière l'info", dit le message reçu par la journaliste politique de L'Indépendant, vendredi à l'heure du petit-déjeuner. La raison de la colère du compagnon de Marine Le Pen ? Une brève publiée dans L’Indépendant signalant que six de ses colistiers ne pourraient pas voter à Perpignan puisqu'ils n'y sont pas inscrits sur les listes électorales. "Rien d'irrégulier sur le fond, mais un fort sentiment de désordre et de légèreté sur la forme" écrit le journal, ce qui a visiblement agacé Louis Aliot.

Pardon, mais… Se rendant compte de sa méprise, le candidat frontiste a ensuite envoyé un autre message à la journaliste pour lui présenter ses excuses. Tout en maintenant ses accusations de partialité, qu’il a répété le lendemain à l’AFP, estimant "assez particulier" qu'aussi près du scrutin l'Indépendant n'évoque que le cas de six colistiers du Front national alors que selon lui, "toutes les listes" ont la même singularité. "Le traitement dont nous avons été victimes tout au long de la campagne (n'est) pas respectueux du pluralisme des opinions", a-t-il insisté.

Réponse de Pierre Mathis, le rédacteur en chef adjoint de L'Indépendant : "la plupart des candidats sont persuadés qu'on ne les traite pas équitablement, on a décidé de traiter tous les candidats à égalité, y compris le Front national"