PSA : Montebourg dans le viseur de l'UMP

  • A
  • A
PSA : Montebourg dans le viseur de l'UMP
@ MONTAGE MAXPPP
Partagez sur :

Jean-François Copé et François Fillon en tête, l'opposition s'en prend au ministre.

Jean-François Copé et François Fillon ont fait une pause vendredi dans leur duel pour la présidence de l'UMP. Le temps de jouer la même partition sur le dossier PSA dans lequel ils ciblent nommément et sans ambages Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif.

"Montebourg, c'est l'arrière qui tire dans le dos de ceux qui sont au premier rang du combat", a lancé François Fillon sur Europe 1. Quelle est cette attitude qui consiste à taper sur une entreprise ? A la dénoncer ? A émettre des soupçons, alors que cette entreprise est aux premières loges dans le combat de la mondialisation", a-t-il ajouté. "Ce n'est même pas une méthode, c'est irresponsable".

"Milliers d'entreprises menacées"

Dans le même temps, Jean-François Copé, invité sur France 2, s'est montré tout aussi incisif sur ce dossier explosif pour le gouvernement.

"Mettre à ce point en cause l'image d'une entreprise (...) pour le plaisir d'expliquer que ça ne peut être que la faute d'un patron, comme on dit au PS, c'est menacer en fait des milliers d'entreprises, des milliers d'emplois", a accusé le secrétaire général de l'UMP.

"Montebourg porte atteinte à notre économie"

Qu'un "ministre de l'Industrie socialiste" considère que "son fonds de commerce, c'est taper sur les employeurs", cela revient à "fragiliser" l'économie française. "Vous avez vu l'effondrement du cours de Bourse de Peugeot ?", a encore souligné le député de Seine-et-Marne, qui considère que "M. Montebourg est en train de porter atteinte à notre économie"

Il a au passage raillé l'intitulé de son portefeuille. "Pour l'instant, il n'est pas en train de redresser grand chose". Jeudi, c'est le président du conseil de surveillance de Peugeot, Thierry Peugeot, qui avait répondu à Arnaud Montebourg qu'il y avait "des limites" à la critique.