PS : les "frondeurs" préparent une démonstration de force

  • A
  • A
Partagez sur :

LES SECRETS POLITIQUES - Très remontés contre Manuel Valls, ils vont tenir une réunion publique en novembre.

C'est la guerre au Parti socialiste. La tension est à son maximum entre Manuel Valls et les "frondeurs" du parti, remontés à bloc depuis l'intervention de Martine Aubry en leur faveur. Des frondeurs qui ont pris pour une nouvelle provocation la volonté du Premier ministre de changer le nom du PS. Et qui comptent hausser le ton en organisant, le mois prochain, une démonstration de force.

>> LIRE AUSSI - Aubry à la tête de des frondeurs? "La question ne se pose pas maintenant"

Un colloque ou un meeting. Car le principe est désormais acté. Les frondeurs et, avec eux, tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans la ligne de Manuel Valls, vont se retrouver en novembre pour une réunion publique de leur mouvement "Vive la gauche", inauguré fin août à l'université d'été du PS. Colloque ou meeting, la forme est encore à l’étude.

"On peut remercier Manuel ! A force de nous dire qu’il ne nous aime pas et que nous sommes passéistes, il a fédéré les frondeurs et tous ceux qui sont fiers d'être socialistes", se félicite l'un d'entre eux. Car chez les détracteurs de la politique menée par l'exécutif, l'interview à L'Obs dans laquelle le Premier ministre veut "en finir avec la gauche passéiste" a marqué un tournant : le ton est passé du "tout sauf Hollande" au "tout sauf Valls".

>> LIRE AUSSI - Valls : "je suis socialiste, mais..."

valls hollande

© Reuters

"Si la modernité, c’est de s’afficher avec Zahia…" Un cadre du PS poursuit, toutes griffes dehors : "si la modernité, c’est de s’afficher avec Zahia à la FIAC ou avec Bernard Arnault à la fondation Louis Vuitton, alors on revendique d’être ringards". Une référence grinçante aux récents déplacements culturels de Manuel Valls et François Hollande.

Le congrès, sujet de toutes les tensions. Mais si la pression est montée ces derniers jours, c'est aussi parce qu'une question crispe plus que jamais le PS, celle de la préparation du prochain congrès du parti - dont on attend toujours la date. Entre Manuel Valls, la nouvelle "frondeuse" Martine Aubry ou le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, qui tente tant bien que mal de modérer les ardeurs, l'ambiance s'annonce d'ores et déjà très tendue.

>> LIRE AUSSI - Dur dur d'être porte-parole du PS…