PS : Aubry et Royal s’évitent

  • A
  • A
PS : Aubry et Royal s’évitent
Quelle relation font afficher Ségolène Royal et Martine Aubry, samedi lors de la convention socialiste ? Seule certitude, leurs rapports sont devenus tendus.@ REUTERS
Partagez sur :

Elles ne devraient que se croiser furtivement samedi lors de la convention sur les inégalités.

Ségolène Royal et Martine Aubry seront toutes les deux présentes samedi à la Halle Freyssinet, à Paris, pour participer à la convention du parti socialiste sur les inégalités. Mais après une semaine sous le signe de la défiance, il n’est pas sûr que ce week-end soit celui de la réconciliation.

Les deux élues socialistes seront bien présentes, mais elles ne devraient pas se croiser de la journée. Martine Aubry devait tenir un discours à midi pour faire la synthèse des propositions et lancer la feuille de route du PS pour 2012. Ségolène Royal ne devait arriver qu’à partir de 14h30 pour une intervention de 10 minutes sur l’emploi des jeunes et lutte contre les discriminations. Elles vont donc d’avantage s’éviter que se réconcilier, après une dizaine de jours compliqués.

Des sorties sur le terrain le même jour

La première source de conflit réside évidemment dans la candidature de Ségolène Royal pour 2012, une annonce jugée prématurée par le PS et qui a pris de court Martine Aubry, qui parlait alors d’un pacte de coordination entre les deux femmes et Dominique Strauss-Kahn.

Mais la tension est encore montée d’un cran mercredi, lorsque Ségolène Royal et Martine Aubry ont effectué simultanément un déplacement sur le terrain, en banlieue parisienne, quitte à brouiller le message d’unité du PS.

Cet épisode risque de se reproduire, la présidente du Conseil régional de Poitou-Charentes ayant prévu une visite de terrain par semaine, avec un premier rendez-vous en Essonne la semaine prochaine. De son côté, Martine Aubry relance bientôt son tour de France avec une visite à Calais, jeudi.

Les entourages veulent calmer le jeu

Bien que l’ambiance de réconciliation qui prévalait à La Rochelle ne semble être plus qu’un doux souvenir, les proches des deux femmes jurent que la hache de guerre n’est pas déterrée. “Ce n’est pas parce qu’on a vu Ségolène Royal et Martine Aubry le même jour faire des déplacements dans des villes de banlieue qu’il y a un problème“, a ainsi réagi le n°2 du PS, Harlem Désir.

“On n’est pas dans une logique de guerre froide surtout pas. Ce que nous devons faire, c’est être auprès des Français, c’est ce que fait Ségolène Royal, c’est être en mouvement“, a renchéri le député-maire de Laval, le royaliste Guillaume Garo. Sur Facebook, les sympathisants du collectif Désir d’avenir ont multiplié les messages de mobilisation pour venir supporter Ségolène Royal lors de la convention de samedi.