Promis, Sarkozy ne fera pas le show pour son retour

  • A
  • A
Promis, Sarkozy ne fera pas le show pour son retour
@ REUTERS
Partagez sur :

L’ancien président est décidé à revenir en politique. Pour l'annoncer, Nicolas Sarkozy pourrait privilégier la simplicité.

L’INFO. Pas un jour ne passe sans qu’une nouvelle rumeur vienne alimenter la chronique du retour annoncé de Nicolas Sarkozy. A droite, on n'en finit plus d’attendre, et certains commencent même à s’impatienter. Mais qu’ils se rassurent, l’ancien président est bien décidé à reprendre l’UMP. Et il a déjà prévu comment il allait annoncer son retour. Enfin presque.

>> A LIRE AUSSI - Ces "réseaux jeunes" qui gravitent autour de Sarkozy

Et si c’était sur Facebook ? Fini le bling-bling, son come-back sera sobre. "Vu le climat ambiant, les Français ne veulent pas un feu d’artifice", estime une des chevilles ouvrières de ce retour. Le show, Nicolas Sarkozy l’a déjà fait. Cette fois, pas de militants en transe. Les conseillers sont persuadés que tout ce qui ressemble de près ou de loin à une opération de communication est rejeté par les Français. Pour le moment, les pistes les plus sérieuses sont une tribune, une annonce sur les réseaux sociaux puis un passage à la télévision pour toucher le plus grand nombre.

"On a trois ans pour construire le duel avec François Hollande". Si Nicolas Sarkozy hésite, c’est qu’il n’en a pas encore fini avec ses consultations. Ces derniers jours, il a reçu tout ce que la droite compte de ténors afin de savoir comment reconstruire sa famille politique. Ce n’est qu’une fois qu’il aura tous les éléments en main qu’il se lancera. Le calendrier est d’ailleurs le seul élément de surprise qui lui reste. Une interrogation demeure : quand sortir du bois ? Avant le vote de confiance au gouvernement par le Parlement du 16 septembre ? Après la conférence de presse de François Hollande prévu le 18 septembre ? Un de ses proches élude le "problème", alors que Nicolas Sarkozy a jusqu’au 30 septembre pour présenter sa candidature : "on a trois ans pour construire le duel avec François Hollande, on n’est pas aux pièces".

>> A LIRE AUSSI - La justice s'intéresse à des voyages en jet privé de Sarkozy