Procès pétrole contre nourriture: Pasqua fixé

  • A
  • A
Procès pétrole contre nourriture: Pasqua fixé
@ MAXPPP
Partagez sur :

JUSTICE - L'ancien ministre et Total seront fixés lundi dans ce procès pour corruption mondiale.

Le tribunal correctionnel de Paris rend lundi son jugement dans le procès des détournements du programme de l'ONU en Irak "pétrole contre nourriture" lors duquel ont comparu en début d'année vingt prévenus, dont Total et Charles Pasqua. Le PDG du groupe pétrolier, Christophe de Margerie, et plusieurs anciens diplomates, sont également poursuivis dans ce volet français d'une affaire aux ramifications mondiales, pour corruption, trafic d'influence ou complicité d'abus de biens sociaux.

"En ce qui me concerne, il n'y a pas plus de trafic d'influence, que de corruption, que de barils de pétrole. Vous voulez venir voir dans ma cave s'ils y sont?", avait ironisé dès le début du procès Charles Pasqua, 86 ans, en vieil habitué des tribunaux. Dans ses réquisitions, prononcées le 12 février, le parquet a demandé au tribunal de déclarer Total coupable, en tant que personne morale, de corruption d'agents publics étrangers et de lui infliger l'amende maximum prévue à l'époque des faits, soit 750.000 euros.

Il est reproché au groupe, qui nie toute corruption et plaide la bonne foi, d'avoir eu recours à des sociétés écrans pour verser des commissions aux dirigeants irakiens et acheté du pétrole dans des conditions non conformes au programme "pétrole contre nourriture". En vigueur de 1996 à 2003, ce programme visait à atténuer les effets sur la population d'un embargo de l'ONU, en permettant au régime de Saddam Hussein de vendre du pétrole en échange de biens de consommation.